Commentaires : Guerre en Ukraine : une usine à trolls pro-russe détectée à Saint-Pétersbourg par les autorités britanniques

Je ne suis personne pour graduer la gravité des drames humains, donc bon, je me tiens loin de tout jugement.
Une seule chose est sûre : des gens meurent.

Non, notre presse n’est pas forcément totalement transparente et neutre.

Mais je n’ai vu ni la presse Russe (je consulte notamment encore un peu RT), ni tous les pro-russes sur les réseaux sociaux relayer des informations sur un afflux de réfugiés en Russie et Biélorussie.

Tiens, pas plus tard qu’aujourd’hui à 12h52, RT a publié un article sur le décompte des réfugiés. Il y aurait à ce jour au total 13.2M de réfugiés :

  • 7.7M de réfugiés « internes », qui ont fuit dans une autre région de l’Ukraine (on a pas le détail par région, mais le Donbass étant une zone de combat intensif, on peut supposer que son nombre de réfugiés accueillis est proche de 0),
  • 5.5M de réfugiés à l’étranger.

Ces réfugiés à l’étranger se décomposent en :

  • 3M en Pologne,
  • 0.8M en Roumanie,
  • 0.7M en Russie,
  • 0.5M en Hongrie,
  • 0.5M vers d’autre pays.

Au total, sur 13.2M d’Ukrainiens qui ont fuit face à la guerre, il n’y en a donc que 5.3% qui ont fuit vers la Russie (12.7% de ceux ayant fuit à l’étranger). Et ce alors que la Russie est « techniquement » sans doute le pays le plus accueillant, puisque accordant sans condition la citoyenneté aux réfugiés, et parlant une langue parlée par la majorité des Ukrainiens (30% des Ukrainiens sont russophones natifs, mais les 70% restants sont très nombreux à parler russe, au point qu’il y a une dizaine d’années le russe était plus utilisé que l’ukrainien dans la vie courante pour plus de 50% de la population… ça a ensuite baissé en raison des tensions croissantes entre les deux pays, qui ont poussé les Ukrainiens à privilégier l’ukrainien).

2 « J'aime »

on dirait qu’il est plus possible pour certain de pouvoir critique, les usa, l’europe… sans être traité de pro poutine… ça me penser quand on critique israel et le massacre de palestiniens et qu’on est aussitôt catalogué antisémite…

1 « J'aime »

Je suis libre de m’informer sur les médias que je veux! on m’a dit à l’école que nous étions en démocratie.
En parlant de torchons, vous en pensez quoi de bfm&co?

1 « J'aime »

Oui, mais quand un média est contrôlé par un pays hostile et pratique la désinformation, il est normal aussi de le limiter… On ne laisse pas l’ennemi agir librement sur le territoire français.

Car il faut bien garder à l’esprit que RT n’est pas simplement un média russe comme Libé ou Le Monde sont des médias Français. RT est un média totalement contrôlé par les autorités Russe, et dont le but est de faire de la propagande à l’étranger.

Les rares médias russes libres, on ne les a pas interdits (bon par contre aujourd’hui ils sont contraints par la législation russe de s’auto-censurer…).

2 « J'aime »

Si sont contraint par l’état de s’auto-censurer, c’est qu’ils ne sont pas « libres », non ?

Libres dans le sens où ce n’est pas directement le Kremlin qui leur dicte les contenus.

Après, oui, ils ne sont plus complètement libres car la loi leur interdit d’aborder certains sujets. Mais ça en un certain sens c’est le cas de toute la presse libre dans tous les pays, il y a partout des sujets interdits par la loi (par exemple, en France, tu n’as pas le droit d’écrire un article niant l’holocauste…). C’est juste que d’un pays à l’autre il y a plus ou moins de sujets interdits.

Après il y a aussi des médias russes qui se sont expatriés pour ne pas être soumis à ces limitations.

Sur le quatrième trimestre 2021, le PIB au Royaume-Uni est encore légèrement inférieur à ce qu’il était avant la pandémie, mais continue de progresser. Les conséquences négatives du Brexit ont été surtout en 2020, la sortie du Royaume-Uni de l’Union ayant été effective le 31 janvier 2020.

Pour ce qui est de la « suite », il suffit de voir comment cela se passe en Norvège ou en Suisse.

Je suis certains compte « pro Poutine » et il est amusant de voir leurs discours changer.

  1. Au début: « c’est pas une guerre d’ailleurs nos journalistes sur place n’ont vu aucun combat »
  2. « Ils vont nettoyer l’Ukraine des Nazis. »
  3. Après « En réalité c’est une guerre provoqué par l’OTAN, les Russes ne la voulaient pas mais n’avaient pas le choix. »
  4. Puis « Ah ha les sanctions vont nous ruiner on mourra pour les USA »
  5. Puis « C’est la troisième guerre mondiale à cause des USA, on est inconscient » (oubliant de dire que Poutine tirerait le premier si guerre il y avait.)
    Jamais de condamnation ferme de Poutine, juste des insultes anti OTAN ou occident.
    Sans compter que la plupart des intervenants sont très proche de l’ultra droite fasciste ou sont des gens anti tout qu’on retrouvait chez les gilets jaune, puis antivax, aujourd’hui pro Putin et demain pro ou anti je ne sais quoi.
4 « J'aime »

Pour ceux qui doutent de l’information, je peux vous confirmer que ça fait un bon moment que je détecte ces trolls russes un peu partout sur les réseaux sociaux et sur les commentaires des grands journaux. Et je suis supris que l’on ne parle de ça que maintenant.

Entre ceux qui postent le même message jour et nuit, les traductions approximatives et ceux qui n’ont manifestement pas un clavier français avec les accents, c’est assez facile de les griller. Sans même parler du fait qu’ils répètent mot pour mot la propagande du kremlin.

Pour ceux qui disent que tout le monde fait de la propagande, vous devez savoir qu’en Russie, ça n’a absolument rien à voir avec l’occident.
En occident, il arrive qu’on nous mente. Mais dans les pays socialistes, il y a une immense industrie de la propagande, avec au final une vraie culture du mensonge à tous les niveaux. A tel point que si le peuple est complètement désinformé, c’est vrai aussi dans l’autre sens : les dirigeants ignorent tout de ce qui se passe sur le terrain.
Regardez comment les responsables Russes sont capable de nier avec un aplomb incroyable des vérités qui crèvent les yeux parce qu’elles sont devant nous. C’est parce que dans les pays socialistes, c’est ce que les responsables ont l’habitude de faire partout et tout le temps.

3 « J'aime »

Je rebondis sur ce que dis @Feladan en soulignant aussi que, bien souvent, critiquer les autres est l’argument de ceux qui n’en ont pas.
On détourne le sujet qui est, en l’espèce, l’existence d’usine(s) à Trolls financée(s) par l’état Russe en critiquant les autres pays et en laissant entendre qu’ils en font autant, ce qui est fallacieux, surtout hors sujet et ne justifie absolument rien, même si c’était vrai.
Pourtant les utilisateurs de tels arguments s’en servent comme justification : les autres en font autant donc tout va bien, la Russie n’a rien à se reprocher, fin de l’histoire.
Donc je pense que ce n’est pas du tout la critique qui est visée par la modération mais la rhétorique malsaine que ces critiques véhiculent.

4 « J'aime »

Ce que vous refusez de comprendre c’est que BFM est un média démocratique, qu’on aime ou pas, avec ses défauts et ses qualités. Des trucs immondes comme RT ou Sputnik ne sont pas des médias, ce sont des armes entre les mains d’une dictature criminelle (qui d’ailleurs jette en prison ou assassine les journalistes qui ne rentre pas dans la ligne). C’est comme si vous mettiez la propagande d’Al Qaida au même niveaux que la presse française, de gauche ou de droite.

Si vous ne comprenez pas ces bases, comment voulez-vous vous comprendre ce qu’est une démocratie ou vous construire une opinion défendable ? C’est perdu pour vous.

1 « J'aime »

Tu veux parler du fait que pratiquement tous tes messages supprimés l’ont été par ce que tu reviens continuellement à la charge avec Israël, même dans des sujets qui n’ont strictement rien à voir ? nous on appelle ça du spam et du hors-sujet total…la preuve, tu remet ça une fois de plus ici-même.

Non, là je ne suis pas d’accord, même si je crois que tu mélanges le choses sans le vouloir.
Dans tous les pays il y a des sujets interdits « par la loi » pour te citer. Autrement dit c’est une assemblée de représentants élus qui a voté, après débats, de sujets à interdire, généralement dans un soucis de maintient de la paix publique ou de la décence. Il en découle que ces sujets tabous sont peu nombreux et strictement encadrés par la loi.

Dans les états totalitaires comme la Russie, les sujets interdits ne le sont pas par la loi mais par la décision unilatérale du pouvoir en place, au grès de ses caprices et de ses besoins de contrôle de l’opinion. Le nombre de sujets tabous n’est ni fixe, ni encadré et est infiniment plus importants que dans les pays démocratiques. Le but recherché est aussi très différent.
Voilà pourquoi je pense qu’on ne peut vraiment pas comparer les deux et que c’est même un peu dangereux.

1 « J'aime »

En l’occurrence, pour l’interdiction de parler de « guerre » en Ukraine dans les médias russes, il s’agit bien d’une interdiction par la loi.

Un loi a été votée en mars pour mettre en place des sanctions très lourdes envers ceux qui diffuseraient des « informations mensongères » sur l’intervention en Ukraine.

Alors bien sûr, la notion d’« informations mensongères » peut être à géométrie très variable, mais il s’agit quand même bien d’une loi votée par le parlement russe.

Oui, en fait j’aurais plutôt dû parler de presse indépendante, plutôt que libre.

Sans compter que parmi les soit disant réfugiés en Russie… combien le sont réellement de leur plein gré ?
Il ne faut pas s’y tromper avoir des réfugiés sur le sol Russe désert très bien le pouvoir en place en redorant un peu son blason…qui est salement entaché :neutral_face:

C’est tellement vrai.
On peut citer comme exemple l’ex-chancelière Allemande qui a été abasourdie par sa seule rencontre avec Poutine. Elle a déclaré qu’on ne lui avait jamais menti aussi effrontément lors d’une rencontre officielle entre chefs d’états: « il me mentait les yeux dans les yeux et en sachant parfaitement que je savais qu’il mentait, mais tout en s’en moquant totalement ».
Un politologue dont je ne me rappelle plus le nom décrivait un discours avec Poutine de la manière suivant :
« Monsieur Poutine, vous avez été pris avec les doigts dans le bocal de confiture, qu’avez vous à répondre ? »
« Quel bocal ? quelle confiture ? Et puis en plus ce ne sont pas mes doigts. »

1 « J'aime »

Après des années d’enquête, le FBI a conclu que la Russie n’avait pas interféré sur l’élection présidentielle US de 2016. Par contre, Les USA ont financé (1 millions d’US$) un parti de droite suisse à l’occasion d’élection suisse il y a deux ou 3 ans. Mais là, ce n’est pas de l’ingérence puisque ce sont les USA à la manoeuvre.
De même, l’accusation US de fraude électorale au Venezuela lors de l’élection de Maduro a été démontée par l’étude d’une université américaine.
Lors de l’élection de Busch fils,(le trisomique), son frère gouverneur d’un état a empêché les noirs de voter. Avec ces malversations, Al Gore n’a pas été élu.
Et en France, le suivi heure par heure de l’élection, mystérieusement, Le Pen qui était en tête a régressé pour que Macron soit élu.

Absolument rien de mystérieux.

Les bureaux ferment généralement à 18h dans les petites communes, à 20h dans les grandes.

Or l’extrême droite a toujours fait des plus gros scores dans les petites communes que dans les grosses (ce qui en dit d’ailleurs long sur la manipulation que parvient à faire l’extrême droite : en faisant campagne sur des thèmes sécuritaires qui devraient surtout concerner les urbains, ils raflent les voix des campagnes, grâce finalement à la peur de choses qu’ils ne vivent pas au quotidien mais dont ils ont la description faite par l’extrême droite…).

Donc en début de dépouillement, quand il n’y a que les résultats des petites communes qui sont disponibles, l’extrême droite à plus de voix. Puis petit à petit avec l’arrivée des résultats des grandes villes, elle perd cet avantage.

On observe d’ailleurs exactement la même chose aux USA, où dans de nombreux États on a une dominance républicaine tant que seuls les résultats des petites villes sont tombés, et au final une dominance démocrate une fois les votes de la capitale comptabilisés.

Bref, ça n’a pas de sens de regarder les décomptes de voix en temps réel, puisqu’ils ne correspondent jamais à un échantillon statistiquement représentatif de la population.

Par contre les estimations basées sur des sondages en sortie de bureau et sur les premiers résultats corrigés statistiquement, elles elles étaient bonnes dès le début.

1 « J'aime »

Raccourci un peu trop facile …

1 « J'aime »