Forum Clubic

Commentaires : Google veut se débarrasser des URL, mais ignore par quoi les remplacer

Alors que , ses développeurs s’attaquent à un vaste sujet : les URL. Trop longues, incompréhensibles et sujettes à manipulations frauduleuses, elles ont fait leur temps. Problème : l’alternative reste à trouver.

Parfois on se demande ce qui passe par la tête des devs de Chrome, comme la fois où ils ont viré le rendu texte GDI et imposé leur DirectWrite dégueulasse…

Google souhaiterait sans doute cacher l’adresse des sites pour mieux diriger les gens vers leurs services sans concurrence possible !

L’adresse URL n’est qu’une traduction de l’adresse IP via des serveurs DNS. C’est donc à ce niveau qu’il faut agir. Peut-être en multipliant les requêtes DNS vers 2 ou 3 serveurs indépendants, et si la réponse de ces serveurs est identique, c’est que celle-ci est valide.

Là tu parles juste du domaine, qui n’est qu’une partie de l’URL. Le reste ne passe pas par le DNS et représente l’adresse du contenu affiché sur le serveur, mais selon l’appli, l’URL peut ou non signifier quelque-chose. On peut parfaitement faire un site complexe en restant toujours sur l’adresse de la home page (/) et en définissant le contenu à afficher en session. C’est dégueulasse, surtout pour le référencement, mais certains sites le font…

Du coup, un système qui remplace l’URL (qui fait partie du protocole HTTP, même 2.0) serait limité à l’affichage. Bon courage pour que ça fonctionne avec tous le sites…

L’URL laisse les gens comprendre et comprendre c’est mal. Remplaçons l’URL par une bonne solution (propriétaire ?) qui limitera le choix des gens dans les sites qu’ils vont visiter. Le troupeau de vaches à lait sera ainsi plus facile à diriger.
Imaginons que les gens n’aient qu’à taper ce qu’ils veulent obtenir et la redirection sera faite par le navigateur … en voilà un système qui n’est pas “compliqué”. Et ce serait l’occasion pour Google de faire moteur de recherche et aussi celui qui choisi quels sont les services qui peuvent (sont rentables pour Google) être accédés.
Bref Google en censeur de l’internet et l’utilisateur incapable de s’en défaire pour cause d’URL cachée.
Ahh, c’est sûr que vu comme cela c’est orwellien mais … êtes vous certain qu’il avait tort, notre Georges Orwell