Commentaires : Google s'attaque à Doctolib, d'abord aux États-Unis

Google ambitionne une entrée sur le marché de la santé et travaille sur une fonction qui vise à aider les utilisateurs à trouver un rendez-vous médical.

Chouette, j’ai trop hâte de partager mes données de santé avec Google :face_with_thermometer:

17 « J'aime »

Faudrait interdire cela et / ou scinder l’entreprise

2 « J'aime »

que google commence par nous dire ce qu’il nous pompe, vole, siphonne sur nos devices, qu’il joue la transparence et la franchise et on verra pour la suite. Pour le moment, je n’ai aucune, mais aucune confiance dans les pratiques et mensonges de google.

4 « J'aime »

C’est pas vraiment les mieux placés :sweat_smile:

C’est déjà fait…car tes médecins utilisent gmail…
Je bosse pour un hopital…

1 « J'aime »

C’est déjà le cas…
Tout les médecins, au moins la plupart utilisent GMAIL, donc « google »…
Réveillez vous les moutons blancs…

1 « J'aime »

Y’a pas que dans le médical, beaucoup de ceux qui ont un android ont un gmail, par « facilité ».

Peu savent configurer un client mail… Alors ils utilisent l’app gmail et un compte gmail créé pour l’occasion.

Faut pas croire non plus que les dossiers médicaux des patients sont stockés et envoyés par mail… les médecins utilisent leurs propres logiciels, et de servent souvent de leur messagerie pour les démarches administratives, les hôpitaux ont pour consigne d’obliger le personnel à utiliser les messageries internes, et la messagerie sécurisée devient de plus en plus obligatoire

4 « J'aime »

Pas bête google… Ils sont partout où ça rapporte. La santé à le vent en poupe en ce moment, pas étonnant qu’ils y aillent. Après ça c’est quoi ? Des logiciels de télétransmission ?

Bon, Google (c’est pas Chinois pourtant) mais ils espionnent de partout, en dehors de Gmail il y a aussi Google téléphone, Google message et j’en passe et des meilleures comme Maps ils sont partout et ils sont malins c’est gratuit bon Spark et d’autres aussi, si c’est gratuit déjà méfiance, j’en suis revenu de tout ça, maintenant j’ai FairEmail je l’ai acheté et c’est garanti. Je ne fait pas de pub mais quand c’est bon je le dis.

La femme de Sergey Brin, co-fondeur de Google, a fondé 23andme (site d’analyse ADN). Ils sont séparés depuis mais cette firme indique de quoi il peut en retourner quand Google se mêle de santé. 23andme propose comme ses concurrents MyHeritage ou FTDNA, de retrouver vos cousins et de donner des indices sur vos origines génétiques.

Là où ça se gâte, c’est que 23andme ne s’arrêtent pas là. Ils dressent aussi votre portrait robot génétique (exact à 90% seulement car basé sur des statistiques), ce qui va de la couleur de vos yeux, de votre peau, ou de vos prédispositions face à des maladies comme le diabète ou le cancer. Avec des risques d’erreurs (certains patients on subit des interventions chirurgicales inutiles) et des risques de dérives évidents. Imaginez ce qui peut arriver en cas de fuites ou de lien avec des activités commerciales !
S’ils ne vont pas éliminer les personnes à risques des assurances santé (trop voyant), on peut imaginer des tarifs préférentiels pour les personnes sans risques majeurs qui acceptent (ou pas) de communiquer leurs résultats… Ou bien voir apparaitre des pubs pour les crèmes solaires chez les personnes à peau laiteuse, ou pour l’ablation du sein chez les femmes prédisposées au cancer…

De même, si vous faites des recherches sur Google liées à votre santé, vous pouvez être influencé ensuite par des annonces ciblées sur des critères commerciaux. Votre bien-être, les algorithmes de Google s’en foutent. Imaginez si Google connait les spécialistes de santé que vous consultez. Il faut dire non à ça.

Un monde supposé de bienveillance qui ressemble d’avantage à une dystopie de type Big Brother. Il faut mettre des garde-fous maintenant pour prendre en main notre destin plutôt que de le vendre à des firmes mercantiles. Offrir nos données de santé à Google, c’est leur donner une arme de destruction massive sans aucune garantie.
Pour gérer notre santé, il faut des outils non commerciaux, publics ou financés par les collectivités qui gardent le contrôle. En cas d’initiative privée comme Doctolib, cloisonner leur domaine d’expertise.
Sur ces points, les politiques et l’Europe doivent avoir une longueur d’avance, ce qui n’est pas le cas quand on voit que pour les tests ADN par exemple, les entreprises extra européennes sont en train de ficher le profil ADN de tous les européens pendant que nos dirigeants ne sont pas fichus de se mettre d’accord et empêchent une riposte locale efficace. Quand les européens réagiront, les firmes américaines auront 10 ans d’avance. Comme d’hab…

Il faut faire barrage à Google sur le domaine de la santé, surtout quand on dispose déjà d’outils indépendants et efficaces comme Doctolib. Google doit être banni de tous domaine lié à la santé. De toute façon cette firme nocive, plus puissante que la plupart des états sur terre doit être démantelée.

plié … rotfl