Forum Clubic

Commentaires : Finaliste des Hearthstone European Grandmasters, le Français xBlyzes ragequit plutôt que de s'incliner

Coup dur pour xBlyzes lors de la finale des Hearthstone European Grandmasters : le joueur a été défait par l’espagnol Frenetic.

Ce n’est pas grâce à lui que les Français seront mieux vus. Super !

1 J'aime

Si les sportifs physiques faisaient la même chose…
Il n’y a pas de sanctions prévues dans l’e-sport pour les ragequit?

1 J'aime

Bon ok il ragequit et le reconnait mais à 33:04 il applaudit, il sait déjà qu’il a perdu la partie. Dommage c’était de peu, enfin sauf sur la dernière où c’est mort d’entrée de jeu, d’où le ragequit je suppose.

@GRITI dans le sports physiques il y a pas mal de choses pour faire un équivalent, simuler un problème physique, une chute, etc… Et puis c’est difficile de comparer, sachant qu’au passage il n’y a pas de conséquence sur le résultat, il a perdu, déconnection ou pas :wink:

PS : il faut savoir aussi que les ragequit sur ce jeu sont très fréquents, c’est un jeu qui met à rude épreuve les nerfs.

Sur Starcraft, warcraft 3 la tradition est de taper « gg » avant de quitter (il est rarissime qu’une partie se termine normalement).

L’insulte est de quitter sans taper « gg ». Et le cran au dessus est de taper des invectives avant de quitter

Ahah, ca ragequit en finale de tournoi d’un jeu de cartes :’)))

Avec la capuche dans le noir et tout, quel cliché, purée… Espérons qu’il ait profité de cette déconnexion pour aller s’acheter une dignité.

2 J'aime

Dans le sport physique c’est bien pire… on se souviens encore du coup de boulle :smiley:

Lorsqu’un joueur d’échec en compétition bascule son roi alors qu’il n’est pas mat, parfois même dès les premiers coups, cela peut être considéré comme un ragequit, non ?
Bon, ce n’est tout de même pas très sportif, je ne félicite pas xBlyzes.

Prenez le dictionnaire… la définition mentionne Canto : « Putaing, si c’est comme ça, je m’en vais » :slight_smile:

Bah non, c’est un abandon quand tu couches ton roi. c’est pas un rage quit :slight_smile:

1 J'aime

Le principe me semble pourtant très proche : mettre fin unilatéralement à la partie pour éviter d’être acculé à la défaite.
La grosse différence serait alors qu’aux échecs cette possibilité est offerte aux joueurs, elle fait partie des règles et est acceptée par avance par chaque participant. De ce fait cela ne constitue pas un affront pour l’autre joueur ni le signe d’être mauvais perdant. C’est bien ça ?

Personnellement, je ne perçois pas l’abandon aux échecs de la même façon qu’un ragequit. De plus, aux échecs, à la base, les joueurs étaient en face à face.

Source:
L’abandon est une indication qu’un camp accepte la défaite. Les règles du jeu d’échecs indiquent : « La partie est gagnée par le joueur dont l’adversaire déclare qu’il abandonne. Ceci met immédiatement fin à la partie1. »
Dans le cadre d’une compétition, le joueur déclare oralement qu’il abandonne.
Il arrive qu’un joueur tende la main à son adversaire car la poignée de main conclut traditionnellement la partie, mais ce geste seul est déconseillé parce qu’il peut être confondu avec une proposition de nulle. Arrêter la pendule ne signifie pas l’abandon, car un joueur au trait a toujours le droit d’arrêter la pendule pour solliciter l’aide de l’arbitre.
Le règlement des tournois de la Fédération internationale des échecs stipule qu’un joueur qui ne souhaite pas poursuivre la partie et quitte l’aire de jeu sans signifier son abandon à l’adversaire ou à l’arbitre fait preuve d’un manque de courtoisie et est passible de sanctions2.
Contrairement à ce que l’on pourrait penser, aux échecs l’abandon est davantage une marque de respect qu’un forfait : en effet si un joueur a une position gagnante, continuer jusqu’à l’échec et mat serait une perte de temps. Très souvent les joueurs débutants poursuivent des parties dont l’issue est déjà certaine en espérant que leur adversaire commettra une erreur comme un pat.

1 J'aime

Donc le ragequit existe bel et bien aux échecs, mais ce n’est pas celui auquel je pensais au départ.

Peut -on parler de ragequit pour l’abandon aux échecs ?
Le ragequit a tout de même u.e connotation négative il me semble:

Fait de quitter un jeu sous le coup de la colère ou de la frustration.

Y’a un bouton « Concede » dans Hearthstone qui permet de mettre fin à la partie. Ne pas l’utiliser, c’est obliger l’adversaire à attendre bêtement devant son écran la fin du décompte d’abandon (on le voit dans la vidéo.) et c’est effectivement faire preuve d’un manque évident de savoir-vivre, de courtoisie, ou de, osons le mot, sportivité.

Et quelle image navrante pour les jeunes joueurs qui suivent les compétitions d’esport, sans déconner.

3 J'aime

@Mr_Fi Ce détail pourrait être utile dans l’article non?

2 J'aime

Dans tous les jeux où il y a un enjeu compétitif individuel, le « rage quit » existe. L’émotion forte vécue sur le moment est parfois incontrôlable pour certains. Bien moins présent en milieu compétitif par équipe parce que les autres coéquipiers tempèrent cela.

Quand aux échecs, pour abandonner en compétition, on le dit verbalement et on tend la main vers son adversaire pour un serrage de main signifiant la fin de partie. En dehors des tournois, la vieille pratique de mettre son roi horizontalement se fait encore. C’est un peu démodé comme pratique mais ça a son charme (je le fais moi-même).

Il est très rare d’avoir un « rage-quit » à très haut niveau (le joueur perdant quittant la table sans même serrer la main de son adversaire). C’est aussi parce que le mental est très important. Une défaite dans une partie de tournoi est une chose, mais l’affect psychologique est encore plus dangereux pour les futures parties. Et les autres adversaires sauront aussi que le joueur n’est plus en « condition optimale ».

Pour le e-Sport, à part si le joueur professionnel fait parti d’une vraie structure (club / entraînement / etc.), il n’a pas le même niveau d’accompagnement de préparation psychologique que les joueurs professionnels « classiques ». Et souvent même l’entraîneur de l’équipe n’a pas cette expérience ou connaissance. Mais cela se structure et évolue.

Dans les années 2007-2008, j’ai fait partie d’une équipe B « semi-pro » Starcraft 2. En réalité, davantage un joueur d’entraînement pour les membres de l’équipe A (qui eux s’entraînaient vraiment beaucoup). On avait une structure et une bonne organisation soutenues par notre université. Mais l’entraînement était uniquement axé sur le niveau de jeu et de choix tactique. Aucunement sur l’aspect psychologique. Je sais que cela n’a pas tant évolué puisque j’ai encore des liens et contacts avec cette organisation.

Ne pas oublier qu’une différence fondamentale est que les joueurs e-Sport se font connaître par eux-même en « s’auto-entraînant » jusqu’à être repéré lors de tournois par des sponsors ou équipes. Dans un sport classique, le pratiquant sera très rapidement encadré par une structure (un club). La gestion du stress et de la pression ne sont pas mises de côté lorsque l’on prépare un joueur à un tournoi (même un petit).

3 J'aime

Ah, parce c’est une exclusivité française d’exprimer son mécontentement…
Ah bon !

J’avais notion qu’au tennis, ça ne se passait pas toujours bien,
qu’en foot, tous les joueurs ne sont pas toujours respectueux.

bon, j’ai du me tromper

1 J'aime

A ce niveau là on ne peut pas concéder, tout au pire ragequit (ce qui n’est pas génial c’est sûre mais bon…) quand trop c’est trop (il faut comprendre le déroulement du tirage…), dans son cas je le comprends personnellement parfaitement même si je n’applaudis pas, grosse pression ils sont à 2-2… il faut connaitre le jeu… Cela fait partie de l’univers et encore une fois cela n’a aucune conséquence sur le résultat, qu’il ragequit ou se laisse finir c’est idem, il a perdu.

Perso je ne tiens aucune rigueur à son comportement car une fois de plus il applaudit à 33:04, encore faut il le voir et comprendre le sens plutôt que préférer appuyer là où ça fait mal pour la suite et le résultat. Dans ce cas, SOS psy pour tout le monde et pas seulement pour lui.

L’image qu’il donne n’est juste que le reflet « d’une » réalité (le monde virtuel garant « d’une » réalité et wé…), la gagne et fuck le reste, ça c’est « la » réalité malgré Coubertin… le principale est de participer mais bien sur… un pauvre type à la mode « made in france » qui n’a rien compris comme d’hab vive la France, GOT est là pour le prouver mais je m’évade…

Pour finir, on, je, sm’en fou (c’est volontaire, figure de style) de la bonne attitude en e-sport, c’est du virtuel !! Il serait temps d’upgrader. Je ne voudrai surtout pas opposé le monde sportif IRL et Virtuel ce n’est pas l’idée, pour moi les 2 sont complémentaires, et peu importe le domaine, la diversité c’est la vie, c’est ma vision. Mais hors de question que vous imposiez vos règles de faux cul du monde sportif IRL (tous des dopés, sans parler des magouilles, enjeux financiers, surcote etc…) du monde réel au monde virtuel qui malgré tout a de forte chance de rester le plus sain des 2, ragequit ou pas. Kapito ?

->.

un jeux à la base F2P, transformé en PTW, voilà la réalité de ce … cette machine à fric… et qui s’en fout ?