Forum Clubic

Commentaires : En Thaïlande, les "shitcoins" et autres "cryptomemes" ne sont plus les bienvenus

Le régulateur thaïlandais interdit aux plateformes d’échange de crypto-monnaie de proposer des tokens basés sur des fans tokens, des mèmes, et des tokens non fongibles
(NFT).

La Thaïlande régule sans interdire. Entre les pays qui interdisent tout et ceux qui laissent tout faire, c’est sans doute l’attitude la plus responsable que j’ai vu jusqu’à maintenant.

4 J'aime

On remarquera aussi que toutes ces régulations ont pour but de protéger les individus. En France l’AMF a ce rôle, mais elle ne fait… rien.

2 J'aime

Oui pour les Shitcoins sans fondement il n’y a rien a dire c’est du pure scam. Nuisible a l’économie global.

1 J'aime

Le dogecoin qui est un même est une preuve que les mêmes sont équivalent aux autres monnaies .
La thaïlande protège t elle ses citoyens aussi bien des jeux d’argent ( casino par ex. ) ?
Quand vous allez sur les sites sérieux de trading crypto , un message s’affiche comme quoi vous prenez des risques d’investissement et que vous les acceptez ( avec les moteurs de recherches qui traduisent automatiquement les sites ou faire un copier/coller sur le site deepl . com , il faut être analphabète pour faire une erreur … )
Les sites sérieux de trading crypto de plus demandent comme papiers votre carte d’identité , une copie d’un compte bancaire et utilisent la reconnaissance faciale grâce à des applications .
Vous voulez quoi de plus , une empreinte adn ?
Le fin mot de l’histoire pour la thaïlande c’est que les exchanges locaux sont tenus par des pontes locales et que pour éviter que les habitants aillent voir ailleurs , rendre les exchanges locaux plus intéressant que la concurrence étrangère ( et attirer des investisseurs étrangers ) et par conséquence rapporter le jackpot aux pontes locales , on adopte des mesures en apparence plus sérieuse .
C’est tout .
(Si vous allez sur un exchange américain par ex. , je parle en connaissance de cause , avec le moteur deepl . com ( je ne suis pas anglophone ) , les personnes de ces sites sont très arrangeants et vous dépannent , résolvent votre problème ( je n’ai jamais eu de souci ) ).

En même temps, acheter des cryptos c’est un peu l’équivalent de faire un don au crime organisé, il y en a qui commencent à comprendre

Je ne suis pas tout à fait sur d’avoir compris tout ton raisonnement mais en gros tu dis que les dirigeants thaïlandais font ce dont il est question dans l’article pour favoriser certains gros acteurs locaux, c’est bien cela ?
Mais si c’était le cas, pourquoi ne pas interdire les cryptomonnaies dans leur ensemble au lieu de n’interdire que celles qui sont clairement nuisibles ou au mieux très controversées ?

@newseven message supprimé pour le motif message non constructif/hors-sujet.

Avez-vous une étude officielle pour le prouver? Car les études existent et infirment ce que vous dites:

Les shitcoins ca veut dire la quasi totalité des cryptomonnaies?

La thailande devrait y aller un peu plus fort et imiter la Chine qui a bani la totalité.

Etude officiel ? Il est impossible de penser le contraire, le Bitcoin a deux utilisations principales : le crime, et la spéculation. La spéculation étant inutile et pouvant être reportée sur d’autres produits, il faut se rendre à l’évidence que quasi 100% des utilisations pratiques des cryptomonnaies, c’est le crime.

C’est peut être impossible pour vous. Les chiffres et beaucoup de personnes ayant étudiés le sujet pensent pourtant le contraire. Une monnaie, infalsifiable, incensurable et programmable sont des caractéristiques qui permettent de nouveaux usages. Une monnaie qui permet de retrouver une certaine liberté beaucoup plus palpable dans des pays totalitaires. Cela intéressent forcément beaucoup de gens notamment des spéculateurs/investisseurs qui y vois aussi leurs intérêts dans une promesse technique et mathématique implacable…
Vous ne présentez ni argumentation ni chiffres ni aucune donnée pour étayer vos dires… J’ai le sentiment que vos dires ne soient uniquement que de la calomnie gratuite ou intéressée.