Forum Clubic

Commentaires : Des scientifiques ont découvert la galaxie "la plus isolée" de l'Univers visible

Une chance pour l’humanité d’avoir vu le jour dans la Voie lactée ! Nous n’en saurions sans doute pas tant sur l’univers, si nous étions apparus dans une galaxie éloignée de tout.

Bonjour.
“En réalité, cette dernière est constituée de deux galaxies distantes d’environ 160 000 années-lumière l’une de l’autre, mais presque alignées avec le système solaire, ce qui fait qu’elles nous apparaissent comme un seul amas.”

Les deux mini-galaxies de Magellan sont très nettement séparées l’une de l’autre (environ 20°, soit 40 fois le diamètre apparent de la Lune), et c’est justement ce qu’on voit sur la photographie d’illustration immédiatement en dessous.
160.000 al est la distance de l’une, l’autre est plus lointaine. Il ne s’agit pas de la distance entre-elles.

Votre premier paragraphe contient des affirmations complètement fausses, et d’un ridicule affligeant pour quiconque a des connaissances minimales en astronomie.

Vous écrivez un article en recopiant des informations sans les comprendre, et en brodant avec du contenu imaginaire. C’est contraire à toute éthique scientifique et journalistique.

PS : bientôt 40 ans d’astronomie au compteur, et 30 que je l’enseigne.

Ce n’est hélas, pas la première fois

Re écris le premier paragraphe alors c’est un sujet qui me passionne :wink:

Google traduction… ou comment faire des non sens

Pensez-vous que nous sommes seuls dans cet immense Univers ?

On ne le saura jamais, vu qu’on est à des milliers d’années lumière des autres système solaire. L’image qu’on a de ses planètes est donc vieille de plusieurs milliers d’années lumière.

Je vous remercie pour ces précisions. J’ai en effet commis une grossière erreur en parcourant les documents que je consultais (sans utilisation aveugle de Google translate, malgré ce que pourraient penser certains) et j’ai corrigé les informations erronées du premier paragraphe ; car contrairement à ce que vous dites, nous faisons attention à ce que nous écrivons, même s’il nous arrive effectivement de nous tromper.