Forum Clubic

Commentaires : Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement

Selon une équipe de chercheurs américains, les voitures volantes pourraient représenter une innovation de poids pour endiguer la pollution de l’atmosphère.

Raisonnements fallacieux, et pour cause : soulever la charge consommera toujours plus d’énergie que la faire rouler. C’est donc une idée contre-productive. Mais voilà, ils ont quelque chose à vendre : leurs voitures volantes.
Premier point : comparaison de leurs véhicules volants électriques avec des véhicules roulants … au diesel. Avec une différence d’émission pas si grande, d’ailleurs. Bref, le gain est dû à l’énergie utilisée (électrique vs diesel) et pas au mode de fonctionnement (volant vs roulant)
Second point : ah tiens, ils se sont rendus compte que ça aurait plus de sens de comparer avec une voiture électrique. Oh surprise, les voitures roulantes reprennent l’avantage ! Qu’à cela ne tienne, ajoutons le taux d’occupation à l’équation, afin de biaiser à nouveau le raisonnement pour redonner l’avantage à nos voitures volantes. Comparons une voiture roulante avec taux d’occupation moyen réel à 1.54 avec des voitures volantes qui auraient, magiquement, un taux d’occupation à 3 … Allez savoir comment ! Toute stratégie pour mieux remplir les voitures volantes (covoiturage …) étant à priori applicable aux voitures roulantes.

Bref, aucune donnée concrète pour soutenir les affirmations “Jusqu’à 35 % d’émissions carbones de moins qu’un véhicule classique”, “les voitures volantes pourraient […] endiguer la pollution de l’atmosphère” ou encore “[…] pour réduire leurs émissions de carbone” “La mobilité urbaine aérienne (MUA) pourrait […] également permettre de réduire de façon significative les émissions de CO2 dans l’air.”, “bénéfique pour l’environnement”, toutes fausses : pourquoi sont-elles à ce point répétées dans l’article ?
edit : j’ai bien sûr oublié le titre, faux lui aussi du coup : “les voitures volantes permettront de sauver l’environnement”

Les chercheurs découvrent le covoiturage.

Seuls arguments (mais non cités dans cet article) en faveur des voitures volantes seraient que :

  1. Les voitures volantes vont d’un point A à un point B en ligne droite, donc trajet plus court

  2. Les voitures volantes ne doivent pas s’arrêter aux feux rouges, dans des embouteillages,…

L’ennui, c’est que pour la majorité des gens, les mots “étude scientifique” c’est l’équivalent de “vérité prouvée”. Alors que pas du tout. On peut mettre n’importe quel délire dans un document pompeusement appelé “étude” et le publier. Et l’on voit souvent des gens sur les forums utiliser des études très discutables comme preuve de leurs argumentations. Il faut dénoncer cela et enseigner à l’école qu’une étude n’est pas synonyme de vérité.
Sinon, la seule raison pour laquelle une voiture volante pourrait éventuellement gagner quelque chose sont ceux qu’a cité titwill plus haut.
Mais de la à compenser la dépense énorme qu’implique la sustentation…

C’est presque quasi mission impossible de trouver une borne pour recharger une bagnole électrique alors tracer une carte routière pour voiture volante + les recharger bisous. En 2456 peut être.

Le point à retenir le plus important est « parcourant 100 km de distance d’un point à un autre avec un seul pilote ».
Cela représenterai donc un cas exceptionnel avec des conditions exceptionnelles (ils ne mentionnent pas la météo, mais vent de face, bah la conso peut varier considérablement et rendre le vol 5 fois plus énergivore, voir impossible)

C’est Clubic qui pond un article putaclick (ça change) et qui extrapole en affirmant que 35% de moins de rejets sauverai l’environnement, alors qu’absolument pas, surtout dans ces conditions spécifiques.

Je m’étonne qu’une revue aussi sérieuse que “Nature” puisse publier de telles inepties !

les oiseaux vont appréciés :frowning:

Les contraintes de vols (altitude mini, maxi, poids passagers et bagages (donc centrage), temps de formation (et donc cout), et encore, ce sera du vol à vue étant donné vu le cout et le temps de formation d’un brevet IFR, donc grosse contrainte sur les conditions météorologiques.
Régulation aussi, pas question d’avoir tout ça en l’air sans contrôle aérien. Avec un trafic dense, ce serait ingérable. Le taux d’accident/panne ira de pair avec l’augmentation du trafic. Et une panne là haut, y’a pas de bande d’arrêt d’urgence !
Et surtout, vu le comportement des automobilistes, on peut craindre de les savoirs là haut. Non vraiment c’est une étude stupide qu’il n’aurait pas été utile de relayer.

C’est top ! Tu roules à 130km/h sur l’autoroute et d’un coup, la circulation se densifie. Tu ne roules plus qu’à 70km/h. Tu déploies tes ailes, tu décolles, et tu voles à 800Km/h, libéré de toutes contraintes ! Excellent

Sauf que…
1 : pourquoi rouler à 130km/h quand on peut voler d’entrée à 800 km/h
2 : tu ne peux pas déployer tes ailes, vu que la circulation est dense et qu’il y a des voitures partout autour
3 : tu ne peux pas décoller, car il faut pouvoir rouler suffisamment vite pour pouvoir décoller, et la route est bouchée.

Bref, ça ne sert à rien d’avoir une voiture volante, il faut juste avoir un avion. Aucun intérêt de s’embêter sur les routes si on peut aller dans les airs.

Et puis, la vitesse en vol sous 10000 pieds est limité à 250 kts

Complètement d’accord avec Keorl.

Bientôt une “étude” nous “apprendra” qu’il faut acheter des voitures-taupes qui feront un détour par le magma sous l’écorce terrestre afin de sauver l’environnement…

1 J'aime

Pourtant il est ici question d’eVTOL.

Merci à toutes les personnes pour leurs commentaires plein de bon sens dans un temps où les gens se précipitent sans contrôle sur la moindre information.
Par contre je ne dis pas merci à l’auteur de l’article qui n’a certainement pas vérifié un tant soit peu les arguments qu’il avance.
Non les voitures volantes ne sont pas la solution pour les déplacements. il y a trop de contraintes de toute nature. Voir au U$ les petits avions de transport n’ont jamais fait un tabac malgré qu’il existe de nombreuses pistes d’atterrissage (plus qu’en France en tout les cas).

Aujourd’hui, un ULM type autogyre avec un moteur de 100ch peut voler à 250km/h, en ligne droite d’un point A à un point B et peut se poser quasiment à la verticale.
En comparant avec une voiture, qui aurait un moteur équivalent, c’est clair que l’ULM consomme moins vu qu’il se déplace en ligne droite, n’est pas contraint par la circulation, ne change pas de régime.
Dans ce cas précisément, l’étude a raison.
Après, si demain, ne serait-ce que 10% des gens passent à l’autogyre, ce serait un bordel monstre sur/dans les villes. Vu comment certains conduisent, je n’ose pas imaginer le nombre d’ULM se crashant sur les immeubles.

Hé ben… une belle brochette de personnes qui l’ouvrent beaucoup… un peu trop vite. Si le titre de l’article est exagéré, certains feraient mieux de prendre un peu de recul pour ne pas avoir l’air bête à commenter sans… par exemple… je ne sais pas, aller lire l’article par exemple ?

Je pense que l’article a été lu, il y a le résultat d’équations (discutables) d’un côté et la réalité de l’autre.

Tout résultat est discutable.
Mais c’est la présentation de Clubic qui est ici très moyenne.
On part d’une constatation qui peut paraitre étrange et on en déduit que la planète va être sauvée. Je force le trait mais c’est l’idée qui ressort (et c’est même le titre)…
Pour en revenir à l’étude, toute personne qui est proche de l’aéronautique sait qu’au final, le rendement est plutôt bon. J’allais donner quelques exemples chiffrés mais xryl l’a très bien fait. Un avion léger consomme moins qu’une voiture sur un même trajet. Pour le VTOL, c’est plus compliqué, la phase de décollage et en partie l’atterrissage sont gros consommateurs d’énergie donc il faut une distance à parcourir suffisante pour que l’aéronef ait un avantage. Reste qu’il n’y a pas vraiment besoin d’étude pour le savoir et que c’est la mise en pratique qui n’est pas possible! :smiley: