Commentaires : Derrière le succès de ChatGPT, OpenAI a utilisé une armée de petites mains sous-payées au Kenya

Une enquête du magazine Time nous rappelle que dans les coulisses des grandes aventures, il peut se tramer des histoires moins heureuses.

1 « J'aime »

Tres bel exemple final de la quete de maitrise de l info avec le verbiage corporate.
Ca peut meme devenir un test d honneteté et de transparence :grin:

C’est pas mieux qu’Apple qui mettait des propriétaires d’iPhone directement sous écoute, pour améliorer Siri …

5 « J'aime »

bonjour, belle IA mais qui ne vaut rien face a ChatCGT

ce n’est pas une surprise, Intelligence Esclavagiste openIE

comme tout les business il me semble. c’est la normalité dans ce monde dont on s’aperçoit qu’il est basé sur des concepts qui ne tiennent plus la route.
vivement qu’on perde tous nos jobs pourris grâce aux IA, qui eux, sont les singes savants et les robots performants que nos patrons désirent voir en nous. « On » l’aura bien cherché.

Vivement l’IA qui pourra modérer les contenus sensibles à destinations des IA.

Toutes les IA ou qui se prétendent comme telles, doivent accepter de montrer leurs systèmes algorithmiques et leurs sources à des contrôleurs indépensants, pour s’assurer que rien n’est produit dans des conditions non éthiques (esclavagisme moderne, vol de données et de contenus sur le web… ).

Le secteur est encore récent et les abus de toutes sortes pleuvent déjà de tous côtés. Il va falloir légiférer pour protéger notre économie de l’IA perverse qui n’est qu’une nouvelle forme de criminalité 2.0.

L’IA, bien faite et éthique, a une utilité évidente. Il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Ça va juste prendre un peu de temps. En espérant que les législateurs ne se fassent pas rouler dans la farine, comme avec les pseudo startups liées à l’ubérisation et dont certaines prospèrent encore actuellement grâce à un lobbying agressif et à une certaine forme de corruption au sein même des états.