Forum Clubic

Commentaires : De nouvelles simulations permettent d'espérer la présence de volcans sous-marins sur Europe, la lune de Jupiter

Sous la couche de glace griffée de la lune Europe, se cache un vaste océan. Une équipe scientifique tchèque et française estime que le manteau rocheux en dessous est suffisamment perturbé par les effets de marée pour donner lieu à une activité volcanique soutenue. De quoi encore renforcer l’intérêt pour l’exploration…

« Sans entrer en orbite, elle s’approchera 44 fois de sa surface gelée et de son océan enfoui »

Pourquoi ne pas entrer en orbite? Il y aura beaucoup de carburant gaspillé pour rien non ?

A la différence de l’environnement martien, la trajectoire, inclinée par rapport au plan orbital des lunes principales, est optimisée avant tout pour minimiser l’exposition aux radiations intenses de Jupiter, précaution indispensable à la survie de l’engin pendant les quelques années prévues pour sa mission.

2 J'aime

@Labarthe a raison, il faut optimiser la trajectoire. En plus, en terme de mécanique orbitale, ça coûte moins de carburant de se rapprocher régulièrement d’Europe que de freiner pour s’installer autour.

Heureusement qu’ils se sont fixés sur 44 d’ailleurs, il existait une option au début du programme pour laquelle ils ne la survolaient qu’une petite quinzaine de fois.

2 J'aime

Placer une sonde en orbite d’une lune consommerait au contraire beaucoup de carburant. Pas sur que la sonde en ait assez car son freinage pour entrer en orbite autour de jupiter aura déja consommé une large parti.
Mieux vaut des orbites qui permettent des survols réguliers et ce d’autant plus qu’une orbite autour de jupiter permettra non seulement d’étudier Jupiter mais aussi ses divers autres lunes lors de croisement d’orbites. Ca permet une plus grande variété de missions.

Pas tant que ça si l’on utilise l’assistance gravitationnelle de Jupiter mais également celle d’Europe et peut-être d’autres satellites. l’assistance gravitationnelle est une aide géniale qui permettent aux sondes de gagner du temps sur le voyage mais également de consommer moins de carburant.

Idem que mon autre réponse sauf que l’assistance gravitationnelle peut-être utilisée pour accélérer ou décélérer un objet, c’est une question de masses, de vitesse initiale mais également de l’angle d’approche.