Forum Clubic

Commentaires : Compteurs Linky : la CNIL met fin à la mise en demeure qui visait l'entreprise Engie

La CNIL avait mise en demeure EDF et Engie quant à leur gestion de la collecte des données des consommateurs par les compteurs Linky
. Trois mois après l’arrêt de la procédure contre EDF, c’est Engie qui voit désormais la mise en demeure se lever.

1 J'aime

Il a bien eu des recherches pour identifier les types d’appareils à l’aide des données Linky https://www.theses.fr/2013ENMP0002.pdf

« Ohoho Monsieur Bertrand a lancé sa PS5 de 2h à 5h du matin le vilain garnement. »

Pourquoi les opérateurs mettraient-ils des ressources (financières et humaines) à rechercher/mettre en place et maintenir une solution de monitoring de ce qui fonctionne dans 30 millions de foyer ? La rentabilité de l’opération n’existe pas.

1 J'aime

Bah j’imagine que si on te présente ta courbe de charge de consommation, tu vas dire OK mais comment je sais quel appareil était en fonctionnement au point le plus haut, et qu’est ce que ça représente.

Problème si pour toi on le permet, on met à nu ta vie privée grâce au compteur.

Pourtant c’est à mon sens une information qui aurait été pertinente pour toi consommateur.

Alors dire qu’il y a eu des recherches pour faire cet identification me semble évident.

La cnil ou un autre organisme à dit stop et c’est pas plus mal.

1 J'aime

On peut aussi imaginer faire des calculs sur la possible évolutions des consommations à 10 20 30 ans. En sachant que les produits consomment de moins en moins.
Ces même économies sont de l’argent en moins pour les sociétés vendant un service au KWatt/H.
Et du coup ta rentabilité financière à moyen long terme.
On peut aussi imaginer que les économies d’Energie n’ont pas le même impact en fonction des équipements électriques, et on doit pouvoir trouver des plages horaires de fonctionnement et mieux prévoir les besoins énergétiques.
Bref pour qu’il y ait une thèse c’est qu’ils ont trouvé des justifications qu’elle soit économiques, techniques ou commerciales. Même si ces raisons peuvent paraitre contre intuitive quand on est pas dans le métier.

Ro les vilains, ils vont savoir quand je fais popo ou quand je joue en Lan avec les potos, oulalala.^^

Ça reste une identification sur une base purement statistique, donc peu fiable.

D’ailleurs, ils le disent clairement dans leur papier : « nous n’obtenons pas une réelle caractérisation du comportement d’utilisation de la télévision ».

Et pourtant ils se sont attaqués à un appareil relativement simple et courant…

Le lobby de l’Energie a du s’activer !

Mais lolle, évidemment que la rentabilité est au RDV!
Je vois d’ailleurs plusieurs façons de rentabiliser ces données:
Marketing: faire des offres au client pour se rapprocher au mieux de ses besoins
Taxatoire: surtaxer l’électricité utilisée pendant la nuit car elle sert plus que probablement à recharger un véhicule électrique qui ne rapporte plus rien en taxes pétrolières
Planification des prochains investissements (tiens la conso dans cette région est compatible avec une production éolienne, on pourrait y planter quelques hélices et soulager la centrale nucléaire à 200km pour y réattribuer les ressources sur le nouveau data center jetable de OVH

Le 2ème exemple que tu cites ne nécessite pas d’avoir la courbe de conso détaillée, juste de savoir compter distinguer la conso dans deux plages horaires distinctes. Ce qu’on sait faire avec des compteurs traditionnels depuis au moins quarante ans (je sais pas quand EDF a lancé l’option heures creuses, mais c’est vraiment il y y a longtemps…).

Le 3ème point, idem, c’est déjà possible aujourd’hui, sans avoir besoin de la courbe de consommation de chaque foyer : pour ça il suffit d’avoir la courbe de conso d’une zone, ce que les opérateurs de réseau ont déjà, en mesurant sur leur réseau, il vont pas se faire chier à le recalculer en additionnant les courbes de tous les clients.

Reste le premier point. Mais est-il vraiment utile d’aller plus loin que l’actuelle différentiation du tarif en fonction de la plage horaire ?

Et dans tous ces cas, il n’est utile de savoir que quelle est la consommation, pas ce qui en est à la source.

1 J'aime

Je ne vois aucune rentabilité directe pour l’opérateur dans tout ce que vous dites.
Si taxation ce n’est pas pour l’opérateur.
Si offre marketing pour mieux correspondre au besoin alors logiquement c’est une offre mieux adaptée donc moins chère.
Planifier des investissements ba pas besoin de connaitre la consommation détaillée de chaque ménage…

2 J'aime

Vous avez tous remarqué, que partout, vos données, servent à vous « pister » et à vous faire des propositions.
Pour ce qui concerne l’électricité, ces données, sont nominatives (ils ont votre nom, votre adresse et éventuellement, l’identité de votre compte en banque). C’est déjà, beaucoup !
Si on cumule ces données avec les données de consommation, c’est énorme !
Je prends un simple exemple : si la boite constate, que de plus en plus de clients diminuent effectivement leur consommation (en faisant un peu plus attention), il arrivera, que certains contrats, disparaitront, purement et simplement : les moins chers !
Déjà, que parler de contrat chez EDF ou Engie, est une gageure, car je n’en ai jamais vu aucun. Je parle bien de contrat en bonne et due forme. Je n’ai jamais eu le choix : c’était ce qu’on vous donnait où aller se faire voir.
Essayez de changer de contrat, vous verrez.

Là encore, y a absolument pas besoin de la courbe de charge pour ça… Connaître la consommation du client, ça marche avec n’importe quel compteur, même un modèle d’il y a un siècle. C’est juste la base pour pouvoir facturer le client…

Ce qui change avec les courbes de charge, c’est que l’opérateur peut savoir que Machin consomme plutôt en soirée alors que Bidule c’est plutôt le matin. Ce n’est vraiment pas d’une utilité énorme pour l’opérateur…

Le très gros bénéfice pour l’opérateur avec Linky, c’est pas d’avoir la courbe de charge, c’est de plus avoir besoin d’envoyer quelqu’un pour ouvrir/fermer l’accès, modifier la puissance de l’abonnement ou relever le compteur.

1 J'aime