Forum Clubic

Commentaires : Comment installer Windows 10 IoT Core sur un Raspberry Pi?

Dans notre précèdent article, nous étions ressortis assez frustrés de l’installation de Windows 10 on ARM sur notre Raspberry Pi. Il faut dire que ce système d’exploitation n’est absolument pas optimisé pour tourner sur la framboise. Nous avons donc finalement décidé, cette fois-ci, de tester un OS destiné aux nano-ordinateurs, déployé et approuvé par Microsoft : il s’agit de Windows 10 IoT Core.

1 J'aime

Mettre un windows sur un raspi… pour moi une hérésie !

2 J'aime

parce que?

1 J'aime

surtout avec la sortie du pie 4 ,pourquoi cela serait réservé a linux ,d ailleurs la devise de se produit le l’imite a notre imagination non???

2 J'aime

Ce n’est pas une question d’être réservé. Personne n’a jamais dit que c’était interdit.

C’est juste qu’on ne voit pas l’intérêt de vouloir absolument s’enchaîner avec des techno propriétaires sur un appareil qui a été parfaitement mis au point avec des technologies libres.

Et pour faire des objets IOT, on choisit généralement des microcontrôleurs beaucoup plus petits, qui sont moins coûteux et moins énergivores que des PI.

Tout a fait d accord il y en a marre de les voir partout ceux la… C est comme lorsque qui ils investissent dans l open source on est pas idiots et on sait bien que c est pour grappiller des parts de marché et imposer un peu plus leur monopole.

“on ne voit pas l’intérêt”, “on choisit” : déjà c’est qui ce “on” ?!

Ensuite, tu met en opposition des outils libres, une architecture semi-libre et un OS propriétaire pour définir l’intérêt des projets. Mauvaise vision. Les outils retenus découlent d’un besoin, pas d’une philosophie.
Ne pas pouvoir développer une solution à 100% parce que les outils retenus ne le permettent est totalement stupide; surtout s’ils sont retenus “parce que c’est libre” ou “parce que c’est pas libre”. Je dirais que le côté libre d’un outil est un plus, mais pas ne doit pas être un impératif. C’est tout aussi con de s’enchaîner avec des technos propriétaires qu’avec des technos libres juste “par principe” :wink:

Pour finir, un microcontroleur n’a pas les mêmes capacités qu’un RPi, tu compares un éponge et un lave-vaisselle. Sans compter que dire “IOT = μC” tu te met des barrières d’emblée. Encore une fois, l’outil (μC vs RPi) découle du besoin…

4 J'aime

Ils sont venus chez toi, ont menacé de tuer ta femme et tes gosses si t’installes pas Windows ?

1 J'aime

“on ne voit pas l’intérêt”, “on choisit” : déjà c’est qui ce “on” ?!

Faut t’il vraiment l’expliquer ?

Réalisez que le Raspberry PI est une machine développée pour Linux et qui n’est pas vendue à Tata Janine dans un supermarché.
La communauté autour de ce bidule est logiquement plutôt constituée des geeks plutôt férus de logiciels libres. Sur cette plateforme, tout gravite autour de ça.

Cette plateforme basée sur l’ARM n’est clairement pas la panacée pour qui apprécie le monde des logiciels propriétaires. Si vous êtes féru de Windows, choisissez plutôt un truc basé sur du x86…

Ensuite, tu met en opposition des outils libres, une architecture semi-libre et un OS propriétaire pour définir l’intérêt des projets. Mauvaise vision. Les outils retenus découlent d’un besoin, pas d’une philosophie.

Non, les licences des logiciels ne sont pas juste un détail d’ordre philosophique. C’est un contrat. Et comme tout contrat, il y a des implications réelles et pratiques à la clé. Et bien plus importantes que le grand public ne le pense.
Ce n’est pas pour rien que Linux a remplacé la plupart des Unix propriétaires.

Ne pas pouvoir développer une solution à 100% parce que les outils retenus ne le permettent est totalement stupide; surtout s’ils sont retenus “parce que c’est libre” ou “parce que c’est pas libre”.

La distribution Linux complète qui est proposée sur le PI propose un nombre impressionnant d’outils de développement, de langages divers et variés et de bibliothèques. La plupart de très grande qualité.
J’ai beau être ouvert d’esprit, j’ai du mal à comprendre comment un développeur compétent pourrait ne pas parvenir à faire son job avec tout ça.
Sans compter que personnellement, je préfère largement développer sous Linux que sous Windows. Les Os dérivés d’Unix permettent de manipuler certaines choses très facilement.

Je dirais que le côté libre d’un outil est un plus, mais pas ne doit pas être un impératif. C’est tout aussi con de s’enchaîner avec des technos propriétaires qu’avec des technos libres juste “par principe”

Il ne s’agit pas de “principe”, mais bien de considérations tangibles. Une licence est un contrat.
Et tout contrat possède des implications.
Je pourrais vous citer quelques avantages concrets du libre, comme l’accès à la totalité du code source (Dans l’IOT, c’est particulièrement utile) ou le fait qu’elles représentent une simplification appréciable sur le plan juridique.
Je ne fait aucunement une question de principe d’utiliser le libre. C’est juste qu’une licence libre représente déja un avantage conséquent en soi.

Pour finir, un microcontroleur n’a pas les mêmes capacités qu’un RPi, tu compares un éponge et un lave-vaisselle. Sans compter que dire “IOT = μC” tu te met des barrières d’emblée. Encore une fois, l’outil (μC vs RPi) découle du besoin…

Et bien justement. Pour la majorité des objets connectés, un microcontrôleur suffit amplement. C’est d’ailleurs ce que vous retrouverez dans la plupart des objets connectés qu’on peut acheter dans le commerce.

Maintenant, vous êtes parfaitement libre d’utiliser un PI. Mais la conséquence, c’est que votre produit coûtera beaucoup plus cher, qu’il consommera plus de courant et qu’il occupera un volume beaucoup plus important.
Comparez un Raspberry pi avec un Esp8266, vous comprendrez pourquoi je vous dit qu’'un PI n’est pas l’optimum pour la majorité des objets connectés.

Les solutions qui vont utiliser un PI existent, mais tombent plus dans la catégorie des machines connectées que des objets connectés.

1 J'aime

Faut t’il vraiment l’expliquer ?

Oui ça m’intéresse

Réalisez que le Raspberry PI est une machine développée pour Linux et qui n’est pas vendue à Tata Janine dans un supermarché.

Heu non, le RPi a été développé pour “apprendre, résoudre des problèmes et s’amuser”. Chez RPi ils ont, eux, l’esprit suffisamment ouvert pour ne pas se limiter à un seul OS :wink:

Cette plateforme basée sur l’ARM n’est clairement pas la panacée pour qui apprécie le monde des logiciels propriétaires. Si vous êtes féru de Windows, choisissez plutôt un truc basé sur du x86…

Je pense que tu te bornes à penser que Windows = OS de bureau, en fait.

Non, les licences des logiciels ne sont pas juste un détail d’ordre philosophique. C’est un contrat. Et comme tout contrat, il y a des implications réelles et pratiques à la clé. Et bien plus importantes que le grand public ne le pense.
Ce n’est pas pour rien que Linux a remplacé la plupart des Unix propriétaires.

C’est aussi une question d’argent. Linux, par sa gratuité et son ouverture, permet de monter rapidement des architectures. Quand ton projet est gros, que tu gagnes de l’argent, tu paies le support.
Là où, avec les OS propriétaires, tu paies d’abord et tu travailles après.

La distribution Linux complète qui est proposée sur le PI propose un nombre impressionnant d’outils de développement, de langages divers et variés et de bibliothèques. La plupart de très grande qualité.
J’ai beau être ouvert d’esprit, j’ai du mal à comprendre comment un développeur compétent pourrait ne pas parvenir à faire son job avec tout ça.
Sans compter que personnellement, je préfère largement développer sous Linux que sous Windows. Les Os dérivés d’Unix permettent de manipuler certaines choses très facilement.

Je dois mal m’exprimer. Ai-je dit que les outils à disposition n’étaient pas de qualité ? Non. Ai-je dit qu’ils n’étaient pas variés ? Non plus.
Il n’est pas question des compétences des développeurs ! Si Python ou NodeJS savaient tout faire, dis-moi pourquoi PHP, Ruby ou C# existent encore (liste largement pas exhaustive, hein). Je te donne la réponse : parce qu’ils répondent chacun à des besoins.
T’as beau avoir/être un dev compétent, tu restes limité par le langage et ses outils. Une fois encore, le langage et les outils découlent du besoin de base.
C’est quoi le plus logique pour toi : “on a choisis tel langage maintenant on fait tel projet” ou “pour faire tel projet on a choisi tel langage” ? Ça change tout, non ?

Je ne fait aucunement une question de principe d’utiliser le libre. C’est juste qu’une licence libre représente déja un avantage conséquent en soi.

Oui c’est ce que je dit, mais bon tourne ça comme tu veux :wink:

Et bien justement. Pour la majorité des objets connectés, un microcontrôleur suffit amplement. C’est d’ailleurs ce que vous retrouverez dans la plupart des objets connectés qu’on peut acheter dans le commerce.

Bingo ! Comme tu le dit “la majorité des objets connecté”. Ça alors, ça signifierai que pour certains projets un RPi est tout à fait adapté ?! :slight_smile:

Maintenant, vous êtes parfaitement libre d’utiliser un PI. Mais la conséquence, c’est que votre produit coûtera beaucoup plus cher, qu’il consommera plus de courant et qu’il occupera un volume beaucoup plus important.

Si un RPi réponds au besoin, bon sang, où est le problème ?! Le choix d’une plateforme dépends de ce qu’on veut en faire, pas l’inverse…

Les solutions qui vont utiliser un PI existent, mais tombent plus dans la catégorie des machines connectées que des objets connectés.

Et ?

2 J'aime

Heu non, le RPi a été développé pour “apprendre, résoudre des problèmes et s’amuser”. Chez RPi ils ont, eux, l’esprit suffisamment ouvert pour ne pas se limiter à un seul OS

Ce qui n’empêche pas que cette machine est quand même développée à la base avec Linux. Et que l’écrasante majorité de la communauté tourne autour de ce couple la.

Nous ne sommes pas en train de parler de préférence en matière d’OS, juste du fait que le PI n’est pas la machine idéale pour une bonne expérience avec un vrai Windows.

Maintenant, si le but est juste de s’amuser, toute expérience est toujours intéressante.

Je pense que tu te bornes à penser que Windows = OS de bureau, en fait.

Ce n’était pas le sens de mon propos( mais les parts de marché disent ce qu’on doit penser a ce sujet.)

Ce qu’il faut comprendre c’est qu’une plateforme x86 est de loin celle qui permet la meilleure expérience utilisateur avec le monde des logiciels propriétaires.

Car les logiciels propriétaires sont distribués sous forme de binaire pour un processeur donné. Et le plus gros de la logithèque Windows cible le x86.

A l’inverse, les logiciels libres ont l’avantage d’être distribués aussi sous forme de source, ce qui permet de les recompiler comme on veut et d’avoir une logithèque complète sur n’importe quel processeur.

C’est pour cette raison qu’une plateforme ARM comme le PI est IMHO beaucoup plus adaptée dans l’optique du logiciel libre que pour des logiciels propriétaires. En outre, le Raspberry PI n’a pas beaucoup de mémoire.

C’est aussi une question d’argent. Linux, par sa gratuité et son ouverture, permet de monter rapidement des architectures. Quand ton projet est gros, que tu gagnes de l’argent, tu paies le support. Là où, avec les OS propriétaires, tu paies d’abord et tu travailles après.

La différence va bien plus loin.
Avec un logiciel libre, vous avez accès à la source. Vous avez le droit de modifier le logiciel, de le redistribuer légalement. Vous pouvez l’adapter à vos propres besoins.
Si vous avez un problème obscure, vous pouvez consulter les sources pour comprendre ce qui se passe à l’intérieur.
Les conditions de licence sur le plan juridique sont fixées sur le long terme, pas d’évolutions de licences ou de conditions de vente qui occasionnent de mauvaises surprises.
La communauté peut améliorer le logiciel (et elle le fait) pour le rendre meilleur ou résoudre des problèmes.
Vous avez une certaine garantie d’indépendance vis à vis de l’éditeur. Par exemple, si l’éditeur décide de cesser son développement, le logiciel n’est pas pour autant condamné.
Vous n’êtes pas non plus condamné à utiliser le support de l’éditeur.

Parlons également du fait que les logiciels libres simplifient énormément la vie par leur mode de distribution très ouvert. Linux, tu peux le télécharger directement, même en version bêta.

Et Windows… L’article dit qu’il faut être inscrit à Microsoft Inside-trucmuche pour avoir la dernière version qui tourne sur le Pi 3B+ (alors que le PI 4 est sorti).

Il n’est pas question des compétences des développeurs ! Si Python ou NodeJS savaient tout faire, dis-moi pourquoi PHP, Ruby ou C# existent encore (liste largement pas exhaustive, hein). Je te donne la réponse : parce qu’ils répondent chacun à des besoins.
T’as beau avoir/être un dev compétent, tu restes limité par le langage et ses outils. Une fois encore, le langage et les outils découlent du besoin de base.
C’est quoi le plus logique pour toi : “on a choisis tel langage maintenant on fait tel projet” ou “pour faire tel projet on a choisi tel langage” ? Ça change tout, non ?

Justement, c’est bien pour cela que l’environnement Linux est excellent. Il propose une énorme variété de langages. Mais surtout, des systèmes de paquet très performants qui permettent d’installer un environnement de développement(et l’ensemble des dépendances) extrêmement rapidement et simplement. Et bien sûr de mettre à jour le tout de manière totalement automatique.

Maintenant, il faut savoir que pour le cas de l’IOT, on utilise le plus souvent des Microcontrôleurs qui n’ont pas d’Os à proprement parler. Et le langage de prédilection(parce que le plus adapté) utilisé dans ce domaine par les professionnels est le C.
D’autres langages sont possibles, mais généralement moins bons que le C pour cet usage.

Bingo ! Comme tu le dit “la majorité des objets connecté”. Ça alors, ça signifierai que pour certains projets un RPi est tout à fait adapté ?!

Oui, il y a des cas de figure ou c’est le bon choix. Mais dans les purs objets connectés, je dirais que c’est quand même marginal.

Mais surtout, si on a besoin d’un PI, c’est en général pour une bonne raison. Le plus souvent c’est qu’on a besoin des services d’un environnement logiciel lourd. Et donc d’un Os serveur plus que d’un environnement IOT.

Si un RPi réponds au besoin, bon sang, où est le problème ?! Le choix d’une plateforme dépends de ce qu’on veut en faire, pas l’inverse…

Et bien oui, fort justement.

Mais dans l’IOT, la taille, le prix et la consommation énergétique sont justement des points très importants qui conditionnent le choix d’une plateforme.

Mais il y a aussi d’autres contraintes.

Dans l’IOT on trouve parfois des contraintes temps réel qui rendent les machines munis d’os lourds inadaptés (Linux y compris) car imprécis du point de vu “timing”.

Le Soc du Raspberry PI est également loin de ce que propose un Microcontrôleur en terme d’interfaces électronique.

Et ?

Et dans ce cas, sur le plan logiciel, on ne vas pas aller vers une base IOT, mais plutôt sur des configuration serveur, voir des mélanges desktop/serveur.

1 J'aime

Mettre un windows sur un raspi…mdr quelle drôle d’idée!!

Il en faut pour tous le monde, je ne vois pas en quoi c’est un scandale, on ne vous force pas à l’installer… Il y’a des gens franchement ils sont juste lamentable de pleurnicher pour une ‘option’…

3 J'aime

Avoir l’esprit aussi fermé…

1 J'aime

Toute la philosophie de PI c’est qu’on peut faire tout et n’importe quoi avec. Donc, Windows a totalement ça place sur Rapsi.

3 J'aime

on retrouve bien là l’état d’esprit de certains linuxiens pour qui l’onanisme intellectuel est une philosophie. Chacun fait ce qu’il veut avec son raspi. même l’exposer sur la cheminée est autorisé.

1 J'aime

Dans les échanges entre KlingonBrain et Ultrabill, c’est que l’un (KlingonBrain) dit qu’il est stupide d’utiliser un Windows dédié à l’IoT, et que l’autre (Ultrabill) est plus ouvert et dit qu’il est aussi possible d’utiliser un tel OS. Il ne dit pas qu’il ne faut surtout pas utiliser Linux, que c’est une hérésie.
Il dit aussi qu’il y a toute sorte d’outils pour développer sur Windows aussi.
Et son approche est bien plus pragmatique et avec du bon sens que ce que propose KlingonBrain.
Ce que je veux dire par là est que ceux qui témoignent pour dire qu’il ne faut pas utiliser Windows IoT ressemblent plus à des esprits totalitaires qu’autre chose.
RPi a été fait dans une optique bien plus ouverte que vos esprits.

2 J'aime

Donc tous les IoT sont parfaits ?
Ça c’est être objectif…

“RPi a été fait dans une optique bien plus ouverte que vos esprits.”
Fin de la discussion.

Bah moi j’ai toujours trouvé personne pour me faire un autoradio windows, soit disant qu’il y aurait plein de génie en herbe !!!