Commentaires : Ce malware russe s'échappe du champ de bataille ukrainien pour se répandre dans le monde

LitterDrifter est un malware programmé pour se propager via USB. Créé par le groupe russe Gamaredon, il ciblait initialement l’Ukraine, mais se répand désormais bien au-delà des frontières du pays.

Un « malaware », c’est un virus JCVD ?:grin:
Petite coquille

2 « J'aime »

Faut attendre un peu, il va infecter la russie sous peu alors.
Les virus, même informatiques, ne connaissent pas les frontières !!

1 « J'aime »

Aha merci je vais corriger ça. Mon chat a dû marcher sur mon clavier dans mon dos.

7 « J'aime »

Certains malwares russes ne sont pas toujours actifs sur toutes les machines qu’ils infectent car certains pirates prennent soin de rendre leur « création » inactive sur les machines dont le système d’exploitation est en russe. Cela dit je ne sais pas si c’est le cas pour ce « LitterDrifter ». Les virus informatiques, à la différence des autres, sont tout à fait capables de reconnaître les langues !

Ca ne m’étonnerait pas, j’en ai eu une qui lançait sous Windows des trucs dont j’ignorais à quoi ils servaient et ce que c’était. erf 1

1 « J'aime »

LitterDrifter était à la base développé pour se propager seulement en Ukraine, mais ce n’est plus le cas.

Étant donné que tout l’occident est l’ennemi déclaré de poutine, je doute que seule l’Ukraine en était la cible ou que ça dérange les auteurs ou le kremlin que ce ne soit « plus » le cas.

3 « J'aime »

Je pensais qu’on avait désactivé l’exécution automatique sur les clés?
Bref la question n’est pas comment un pc infecté infecte une clé mais l’inverse comment une clé infecte un PC. Seule une insertion suffit ou il faut que l’utilisateur accepte l’exécution du virus?

Un virus d’origine US Stuxnet était destiné à prendre la main des automates Siemens S7 afin d’endommager dans l’usine d’enrichissement iranienne d’uranium les centrifugeuse en augmentant leur vitesse sans modifier l’affichage de la valeur de consigne.
Lors de la première guerre du golf les USA avaient attendu plus d’un mois que le virus implanté dans une imprimante se propage en Iraq et devienne actif avant d’entrer en guerre.