Forum Clubic

Commentaires : CATL veut supprimer les modules des packs batteries pour permettre une autonomie de 800 km

Le constructeur de batteries CATL veut supprimer le module de batterie pour intégrer directement les cellules de batterie dans le pack batterie sur le châssis des véhicules électriques.

Par contre, plus de cellules veut dire plus lourd j’imagine (c’est la cellule qui pèse le plus, je pense que l’encadrement du module n’est pas dans une matière aussi lourde que l’équivalent en volume de batterie).
Donc plus lourd = plus grosse consommation d’énergie pour déplacer le véhicule, donc certainement pas autant d’autonomie que les 800km annoncés, certainement calculés sur la base d’une augmentation de capacité de batterie sans prendre en compte la hausse du poids. J’ai survolé la source et n’ai rien vu.
CATL mentionne-t-il les hypothèses prises pour leur estimation du gain d’autonomie ?

non c’est le contraire !
seule la cellule apporte de l’autonomie, le reste c’est de la charge non utile (refroidissement, cablages, modules, blindage).
et ça plombe sacrément les batt au final.
Donc plus tu retires ces éléments, moins tu pèses par kWh utile - ou plus tu peux mettre d’énergie pour le même poids (selon ce que tu recherches)

Sauf que ce type d’assemblage pose un grave problème de maintenance en cas de problème sur une cellule. Si l’on est pragmatique, la solution est peut être de diminuer le nombre de modules avec des modules plus gros.

Le module n’est pas aussi là pour éviter la propagation du feu ?

Si ils sont mises les Cell-To-Pack dans des modules.
C’est qu’il y a sûrement une raison.
Si je me trompe pas c’est pour des raisons de sécurité " Feu " explosion " ionisation " .

1 J'aime

S’il est possible de changer individuellement chaque cellule, pourquoi pas ?

Oui par contre en terme de maintenance pour l’utilisateur ou le réparateur c’est la mort.
Impossible de changer les batteries si on pouvait imaginer que des packs 44kWh était composées de 4 packs de 11 kWh en se disant comme des légos je le remplace par un autre pack
Et pour les réparateurs… impossible d’intervenir dessus sans désosser une grosse partie de la voiture pour atteindre la chassis.
Sans parler de la casse quand il faudra recycler les batteries qui sont polluantes et utilisent des terres rares.

1 J'aime

Les terres rares ne sont pas rares.
C’est un nom que l’on a donné a une époque…

Le problème des véhicules électriques c’est la recharge pas l’autonomie.
Transférer beaucoup d’énergie en peu de temps est impossible, problème de densité.
Il faut avoir le temps de charger et plus les batteries sont grosses plus il faut du temps.
Si votre véhicule est dans votre garage, vous pouvez le charger.
S’il est stationné dans un espace collectif, il faut l’équiper et c’est compliqué (copropriété, syndic).
S’il est dans la rue, on ne peut équiper chaque place de stationnement.
Le véhicule individuel électrique n’est pas généralisable…
Il faut de l’autopartage et je ne vois ce système devenir souple qu’avec les véhicules autonomes qui iront à la ‹ pompe › seul et viendront vers vous, et ne plus faire 1 km jusqu’à la station « bluecar »…
Et là on peut se demander s’ils ne doivent pas devenir des taxis collectifs, plusieurs courses en même temps. Des études ont montré que dans ce cas on divise le besoin de véhicules par 15. Le coût au kilomètre, 15 fois moins cher qu’aujourd’hui, c’est comme si votre voiture vous revenait à 2 000€…
Dans certaines parties du monde des taxis urbains collectifs au forfait existent (avec chauffeur) et ça fonctionne bien.

Mouai en même temps les constructeurs rechignent à réparer les batteries… Et quand ils le font c’est juste pour remonter de qq % au dessus de leur limite mini en espérant que ça passe post garantie… Do’c l’un dans l’autre ça revient au même : croiser les doigts qu’il n’y ai pas de problème

Je pense surtout que l’on cherche à inventer un marché de « l’électrique » aussi juteux que le marché du thermique, c’est prouvé que les constructeurs traînent des quatre fers pour faire évoluer le marché de l’électrique, vive le véhicule à hydrogène