Commentaires : Catastrophe, Vega C rate sa mission avec deux précieux satellites Pléiades Neo

Pour sa première mission commerciale, Vega C décollait ce 21 décembre du Centre spatial guyanais avec deux satellites d’observation de la Terre Pléiades Neo. Malheureusement, un problème est survenu lors de l’action du deuxième étage de la fusée, qui n’a pas atteint l’orbite. Lanceur et satellites sont détruits.

1 « J'aime »

C’est dommage et absolument dommageable pour les crédits à allouer dans le futur. Les clients pourraient commencer à regarder la concurrence, sans parler de la perte matérielle…
Oh non… le secteur n’avait pas besoin de ça.

1 « J'aime »

Très dommage pour nous européens.

Il faut que l’UE reste derrière et subventionne le temps d’avoir un concurrent européen crédible.

La souveraineté a un prix.

1 « J'aime »

J’ai vu le sujet sur le JT ce matin, mais ils n’ont rien expliqué, je suis content de lire ton article, pour avoir des explications sur ce raté, très dommageable pour les lanceurs Européens, j’espère qu’ils trouveront une solution au plus vite, car si l’on doit passer par les Américains, ça va nous coûter cher.
Et nous n’avons pas vraiment les moyens financiers, du moins, je pense, peut-être qu’on les a.

1 « J'aime »

Etonnant qu’aucune mesure de récupération n’existe déjà pour sauver les satellites (parachutes, méga-airbags, rétro fusées, etc), un plan B, quoi.

Ca part d’un bon sentiment, mais en l’état ce n’est pas possible, en tout cas pas sans rajouter plusieurs tonnes de matériel (ce qui annulerait toutes les capacités de la fusée). Les parachutes et airbags ne serviraient à rien car les satellites ne sont pas fabriqués pour atterrir (choc) et encore moins pour faire un tour dans l’océan (eau + sel), tandis qu’un système à rétrofusées amènerait énormément de complexité pour un dispositif très lourd (et qui lui aussi serait soumis à des échecs potentiels).

Si, c’est l’assurance. Et c’est plutôt bien car ça n’influe pas sur les paramètres de vols qui sont déjà très très compliqué pour Vega C.

Lesdits satellites seront remboursés et refabriqués (probablement amélioré entre temps, ce qui n’est pas forcément une mauvaise chose).

Le vrai problème, c’est la perte d’exploitation: pendant env 2 ans (le temps de re-fabrication), l’opérateur va devoir financer l’infrastructure pour les 2 satellites en orbites, sans avoir les entrées d’argent prévues par les 4 satellites. Et c’est là que les états, donc nous, y donnons de nos taxes.

1 « J'aime »

Rien de surprenant, Vega = échec, pas d’Ariane 6, c’est à l’image de la France et de l’Europe en général… :joy::joy::joy:

3 « J'aime »

@sylvebarbe78 Sérieusement, y a rien de drôle…

3 « J'aime »

C’est triste. C’est tout ce que je peux dire… :face_with_thermometer:

Je sais bien que cela n’est pas drôle mais voyez vous je préfère hélas en rire (nerveusement). Nos programmes spatiaux sont à l’image de l’Europe et de nos politiques = décrépitude. Les scientifiques en aucun cas ne sont responsables de cette situation, simplement victimes des décisions ou plutôt indécisions des premiers qui viendront d’ ici quelques années nous annoncer que « notre » espace est morte.

1 « J'aime »

Space X a fait pété le Champagne…

fredolabecane : « Space X a fait pété le Champagne… »

Falcon 9 n’est pas un concurrent de Vega, ces deux-là ne jouant pas dans la même division. Dans le domaine des lanceurs légers la concurrence est ailleurs

Encore un truc Européen qui marche bien …

1 « J'aime »

C’est surtout dommage pour nous Français !! Au début il y avait la France avec 80% d’Ariane4, à la fin il y a … plus de lanceur en attendant Ariane6 dont les moteurs Vinci sont au final faits en Allemagne.

Il faut arrêter de croire aux collaborations européennes. C’est un lourd fardeau pour la France, qui excelle lorsqu’elle est seule aux commandes.

2 « J'aime »

Bonjour,

La récupération de ces technologies est très complexe en cas de mauvaises trajectoires. Mieux vaut tout détruire que laisser un pays étranger récupérer ces technologies. Au mieux c’est récupérer par une puissance alliée qui ne fera que « regarder » au pire personne n’a récupéré officiellement mais les technologies reaparaissent quelques temps après. Aucun industriel ne peut se permette de laisser partir ses technos et brevets.
L’Europe c’est comme le fameux « ça marchait mieux avant, c’est moins bien maintenant » . On ne retient pas ce qui ne marchait pas avant et on oublie tout ce qui n’a que peu marché et tout ce qui est un progrès aujourd’hui.

Plus @clintl et @totO

Airbus, ça vous dit quelque-chose ?
Le « petit » consortium européen qui déglingue le « minuscule » américain Boeing ?

1 « J'aime »

Je l’attendais celle là. Airbus n’est PAS une construction Européenne, mais a été créé par Sud-Aviation fin 1960 avant de devenir une coopération inter-états. L’A300 est à l’origine un projet Sud-Dassault. Et j’affirme que si le moindre technocrate Européen avait mis un doigt dans cette affaire elle aurait échoué. L’Eurofighter est un échec (il a coûté autant à chaque pays membre que ce que le Rafale a couté à la France, plus tard, plus cher, moins bien). Galiliéo, 10 ans de retard, coûts explosés, noyautage US. NH90 pas fiable, AM400 10 ans de retard, Tigre personne n’en veut, Eurodrone … il est ou ?, Ariane … à sec … Bref !!! La France seule dans les années 70 a enchaîné plus de succès que le Machin depuis.

2 « J'aime »

Bravo

1 « J'aime »