Forum Clubic

Commentaires : Brave, Minds, Filecoin... Les blockchains et les crypto-monnaies comme alternatives aux GAFA?

D’innombrables projets basés sur des blockchains
et des crypto-monnaies entendent s’imposer comme des alternatives viables aux applications et services des géants du numériques. Avec un seul mot d’ordre : décentraliser et redistribuer le pouvoir.

Super article sur le sujet, bravo Clubic.

2 J'aime

"Pour l’heure, ni Google, ni Apple, ni Amazon ne semblent montrer un grand intérêt (ou une quelconque inquiétude) à l’endroit des blockchains et des crypto-monnaies. "

Tant mieux, ça évitera de se rajouter un problème environnemental de plus !
Ces technologies sont un désastre énergétique et n’apportent RIEN de nouveau.

Si on le voulait vraiment tous, les griefs reprochés aux GAFA seraient vite résolus. Ce n’est pas la technologie qui traitera ce problème, ce sont les politiques.

Avec un seul interlocuteur, les GAFA, on peut espérer un jour imposer des limites. En décentralisant avec des réseaux aveugles et « anonymisants », on devra se battre contre des milliards de petits égoïstes narcissiques qui ne seront pas tenus pour responsables des bêtises qu’ils produiront. Avec Facebook et Twitter, vous ne pensez pas qu’on a déjà notre dose de vacuité planétaire ?!?

3 J'aime

Tout cela est bien beau mais est ce que ça ne vas pas encore d’avantage encourager le minage ? Et les blockchains ne sont elles pas extrêmement consommatrices de temps de calcul, donc d’énergie et d’usure de matériel?
Tout cela me semble échanger un problème réel mais connu, l’omniprésence des GAFA, contre une foule d’autres problèmes mal connus et aux portées réelles encore à définir. :cold_sweat:
Le simple fait que les GAFA ne semblent pas s’émouvoir de cette « concurrence » me laisse craindre que ces alternatives n’en soient pas vraiment ou plutôt qu’elles soient pires que le mal qu’elles prétendent soigner.

Extrait du site Le Point en fevrier 2017 sur la blockchain :
« En clair, cette technologie est riche de promesses, mais elle suscite aussi de nombreuses craintes : comment se prémunir contre les risques de piratage ? Comment s’appliquera le droit à l’oubli sur des données rendues infalsifiables ? Quelle force juridique auront les transactions réalisées via la blockchain ? Le système peut-il se développer en marge du droit et de la justice? »
Vous avez 4 heures.

Pas besoin d’autant de temps :wink:

  1. Bitcoin : jamais piraté en 12 ans (plusieurs centaines de milliers de transactions par jour)

  2. Le droit à l’oubli ne s’applique pas à tout et, à l’inverse, les blockchains apportent la possibilité (quasi inédite) de l’immutabilité.

  3. D’innombrables services à base de blockchains sont déjà utilisés pour la certification de documents officiels, y compris par de grandes entreprises.

  4. Ca dépend de quoi on parle, mais les crypto-monnaies sont régulées (et même taxées) dans certains pays, en cours de l’être dans d’autres. Sinon, quasiment tous les Etats utilisent déjà des blockchains.

Systématiquement associer blockchains et catastrophe environnementale est au mieux simpliste, au pire une énorme bêtise. Renseignez-vous !

Et les GAFA ne sont nullement un problème politique. C’est un biais hélas typiquement français de croire que tout est politique et que tout peut se régler à coup de lois et de taxes.

Les GAFA sont ce qu’ils sont parce que les gens les ont plébiscité. Personne n’a jamais forcé quiconque à aller sur Facebook. Mais 4 milliards de gens ont choisi de le faire. En quoi est-ce le rôle d’un gouvernement d’en limiter l’usage ? Veut-on vraiment d’un pouvoir politique qui limite/interdit/régule juste parce qu’un service à atteint une trop forte popularité à ses yeux ? Ne voyez-vous là aucun danger ?

Je préfère de beaucoup, pour ma part, que les gens finissent par adopter des outils plus respectueux et offrant davantage de libertés.

D’accord avec toi que les GAFA sont ce que nous, clients, en avons fait. Cela ne veut pas dire qu’il faut leur laisser faire n’importe quoi non plus. On ne peut pas reprocher à une entité son succès, ce serait absurde et mesquin, mais on peut lui reprocher d’abuser de sa position et de son succès pour tuer toute concurrence dans l’œuf, se poser en mini-état ou contrevenir aux libertés individuelles. Pour lutter contre cela ou prévenir ces choses, les états n’ont que les lois comme outils.
Pareillement je suis d’accord qu’accuser les blockchains de tous les maux est simpliste mais j’essaye de raisonner à long terme. Aujourd’hui il y a déjà environs 2000 blockchains. Si l’on se met à les utiliser pour tout demain il y en aura 20 000 et leur taille ne fera qu’augmenter au fil des mois et des années, nécessitant toujours plus de minage, toujours plus de calculs. Quant on voit qu’aujourd’hui certains réseaus sont déjà saturés avec des blockchains de taille encore modeste je ne vois vraiment pas comment cette technologie pourrait représenter l’avenir. Plutôt un cul de sac technologique doré à la feuille à grand coup de pubs et en jouant sur l’avidité humaine incommensurable.
Et tout cela sans même parler du problème économique posé par les crypto-assets et leur multiplication.

1 J'aime

C’est triste que ces projets parlent encore de modèle publicitaire ou veuillent le redéfinir ou l’améliorer. Il y a une grande opportunité de l’anéantir carrément à court terme.

Pourquoi est-ce qu’un service ou un site internet devrait encore s’ennuyer à contribuer au suçage d’ infos, personal datas, etc., pour au final jouer les petites mains d’un système qui a toujours été critiqué alors qu’il suffit de se faire payer en temps machine/cryptomining par les appareils qui se connectent. On respectera la vie privée, on aura libéré l’espace d’affichage, les gafa seront bypassés, l’utilisateur ne sortira pas d’argent directement. Pour les services en libre consultation comme Clubic il suffirait de remplacer le rgpd par un classement simplifié typé fiche de frigo renseignant la (sur)charge cpu/gpu choisie par le site, un million de fois plus simple que le système standard qu’on veut faire perdurer.

Pour générer des revenus avec un site en minant de la crypto avec le PC des visiteurs, et bien bon courage pour être rentable!

(Sans compter que c’est l’utilisateur qui paiera, même si cela sera caché sur sa facture d’électricité).

2 J'aime

bien bon courage pour être rentable!

t’as fait le calcul ? juste en 2 min on peut esquisser la comparaison, une machine en 24h qui rapporte 6$ en minage, ça ne me semble pas incroyable à convertir en 2000, 3000, 4000 machines équivalent affichages de pub.

sans compter que c’est l’utilisateur qui paiera, même si cela sera caché sur sa facture d’électricité)

qui paye la pub ? à priori ils doivent avoir fait des études + que sérieuses qui prouvent que c’est financé par ceux qui la lisent … en comptant sur un circuit qui dégrossit l’engagement du consommateurs à coup de taxes.

La pub est payée par les sponsors, point. Certes pour eux il s’agit d’investissement qu’ils espèrent bien rentabiliser mais en attendant c’est bien eux qui payent. Faire payer le visiteur au revenu parfois modeste en lieu et place d’une grosse compagnie, c’est moralement discutable et socialement difficile à faire accepter, à tout le moins.

en attendant c’est bien eux qui payent

le coût de la com et du marketing est présent dans le prix de vente. Il n’y a que 2 solutions, soit c’est le consommateur qui paye, soit c’est une banque et si ça n’est pas comblé plus tard par le consommateur, c’est la faillite.

Mais le fais de supprimer les publicités des sites ne va pas changer cela, ça va juste réduire les espaces publicitaires, ce qui pourrait aussi avoir des effets néfastes sur les entreprises, tout en reportant le cout d’entretien du site sur les visiteurs. Cela me semble un arrangement perdant/perdant.