Commentaires : Avis Opera : un navigateur rapide, complet, intuitif… mais opaque sur la vie privée

L’histoire d’Opera démarre en 1994, au sein de l’entreprise de télécommunication norvégienne Telenor. À l’origine, ce navigateur aujourd’hui présent sur un peu plus de 2% des ordinateurs et appareils mobiles dans le monde consistait en un simple projet de recherche, déployé et utilisé en interne.

3 « J'aime »

Merci pour cet article.

1 « J'aime »

sur wikipedia c’est
« Le navigateur Opera a été détaché de ce consortium chinois qui avait racheté Opera Software et est aujourd’hui norvégien »

Le groupe chinois n’avait pas eu l’accord pour tout racheter.
Sale to Chinese consortium

In 2016, the company changed ownership when a group of Chinese investors purchased the web browser, c… An earlier deal was not approved by Norwegian regulators.[43] On 4 November 2016, Golden Brick Capital Private Equity Fund I L.P. completed the acquisition.[45] After divesting itself of the Opera browser and brand, Opera Software ASA[note 1] changed its name to Otello Corporation ASA.[46]

Opera encore basé a oslo donc lois européenne

2 « J'aime »

J’aurais adoré pouvoir utiliser Opera GX, mais c’est le seul navigateur qui ne permet pas de mettre un moteur de recherche custom autre que ceux qui sont dans la liste par défaut
Donc je peux pas utiliser Startpage, donc je peux pas l’utiliser sur le long terme, c’est vraiment dommage parce que ça pourrait me faire quitter Vivaldi si ils faisaient ça, juste ça, un truc vraiment tout simple.

1 « J'aime »

Bonjour,
Ca serait bien de mettre vos informations à jour concernant une partie importante de ce dossier : le navigateur n’appartient pas à un consortium chinois, mais est aujourd’hui norvégien.
Merci à @pierre
Edit (page Wikipedia) :
En février 2016, Opera fait l’objet d’une offre d’acquisition par un groupe d’investisseurs chinois pour un montant de 1,2 milliard de dollars, offre qui est approuvée par la direction de l’entreprise. L’offre échoue par la non-validation de l’opération par les autorités de la concurrence américaine. À la place de cette offre, le consortium chinois propose de n’acquérir qu’une partie des activités d’Opera, pour 600 millions de dollars, dans le but d’avoir l’approbation de l’autorité de la concurrence américaine.
Le navigateur Opera a été détaché de ce consortium chinois qui avait racheté Opera Software et est aujourd’hui norvégien.

Bonjour @cirdan @stratos

Pour reprendre et résumer la chronologie d’Opera :

En 2016, un consortium d’investisseurs chinois représenté par Golden Brick Capital Private Equity Fund I L.P. lance une OPA sur l’entreprise norvégienne Opera Software ASA. Cette offre vise à racheter 100% de la société pour 1,2 milliard de dollars.

Les conditions ne convenant pas à Opera, le rachat est renégocié comme suit : pour 600 millions de dollars, le consortium devient propriétaire d’une partie des solutions développées par la branche BtoC d’Opera Software ASA.

https://newsweb.oslobors.no/message/406030

Parmi les produits cédés par Opera, on retrouve les navigateurs web (desktop et mobile) et les applications et solutions liées aux performances et à la confidentialité (dont Opera VPN, donc).

Les conditions définitives du rachat stipulent également que le nom de la marque (Opera) appartient désormais au consortium. Opera Software ASA peut continuer d’utiliser cette dénomination pendant 18 mois. À l’issue de ce délai, ce qu’il reste de l’entreprise norvégienne est rebaptisé Otello Corporation.

Dans le même temps, la partie BtoC acquise par les investisseurs chinois devient une entreprise à part entière et conserve le nom Opera (nom toujours en vigueur en 2022). Le siège social est basé à Oslo, mais la société créée en 2016 appartient, encore aujourd’hui à des groupes chinois, basés en Chine, dont Kunlun, fondé par Yahui Zhou, actuel co-PDG d’Opera.

Sur le conseil d’administration et les dirigeants d’Opera :

C’est cette organisation (entreprise norvégienne détenue par des groupes chinois) qui entretient la confusion autour du cadre législatif qui s’applique (ou non) à Opera, surtout lorsque la politique de confidentialité stipule :

When we do collect personal data, such personal data may be transferred to partners in countries outside of the European Economic Area with a different level of data protection than that provided for under European law. Whenever we do so, we require that our partners agree to the European Union’s model contracts for the transfer of personal data to third countries (also known as the “standard contractual clauses”) to ensure adequate protection of your personal data.

La formule est à la fois explicite (les données transférées en dehors de l’UE échappent au niveau de protection imposée par les lois européennes) et totalement floue (qui sont ces partenaires ? Quelles sont les mesures mises en place par Opera pour garantir le respect du cadre législatif européen ?).

J’espère avoir pu répondre à vos interrogations :slight_smile:

1 « J'aime »

D’où la phrase et j’avais suivi l’affaire dans le wikipedia anglais
Golden Brick Capital Private Equity Fund I L.P. completed the acquisition.[45] After divesting itself of the Opera browser and brand, Opera Software ASA[note 1] changed its name to Otello Corporation ASA

divesting , c’est « depouiller » « cédé ». en gros les chinois on pas réussit a tout racheter. Mais opera c’était plus qu’un simple browser.

Car il faut pas confondre Opera Software ASA qui elle est renommée Otello Corporation car appartient au chinois ca comprend Adcolony , Bemobi et skyfire. Avant opera TV qui a été vendu immédiatement et surfeasy qui a été vendu aussi

Opera Software SA qui lui est les browser et a été séparé de la vente au groupe chinois

il y a juste à voir le site d’otello
https://www.otellocorp.com/about/otellos-history

et le reste
we require that our partners agree to the European Union’s model contracts for the transfer of personal data to third countries

donc demande a leurs partenaires d’être en accord avec le model européen.
Ensuite c’est des browser des données vont à instagram, facebook, des entreprises de sondage comme cambridge analytica. Bref rien de nouveau, opera doit juste appliquer les lois européenne quand ils transfèrent les données. mais firefox ou autres les données vont aussi dans des pays non européen.
Pas mieux que chrome vivaldi edge,… sauf brave qui lui a deja eu des affaire avec les cryptomonaie aucune confiance

Comme firefox qui sur android coche par default d’envoyer des données a ajust marketing , mais ne le dit pas, il faut le découvrir soit même dans les parametres

What data is collected and sent to the adjust backend?

Campaign Measurement Data

When you download one of our mobile apps for the first time, if it uses Adjust, it sends an anonymous « attribution » request to the adjust servers. This request describes how the application was downloaded, for example, whether it was downloaded directly via the App Store or through a marketing campaign link. The data includes an advertising ID, IP address, and timestamp.

Interaction Data

Some of our mobile apps occasionally send adjust anonymous summaries about how often the app has been in active use recently and what features of the app are being used. These are anonymous reports that contain, for example, how many times the search, browse and erase button are pressed.

Technical Data

Adjust receives data such as country, language/locale, operating system and app version.

1 « J'aime »

Oui, merci ! Pas si simple de s’y retrouver et l’opacité n’est sans doute pas anodine.

1 « J'aime »

Navigateur agréable et performant qui propose les mêmes fonctions que la concurrence sans être aussi lourd.
Gros point noir pour moi : la synchronisation entre appareils est catastrophique et écrase tout sans que l’on sache quel appareil sert de référence. A EVITER ABSOLUMENT