Forum Clubic

Aide pour le choix d'une carte mère!

Ne suivant pas ou peu l’actualité hardware (à part les cartes graphiques) je fais appel à vous pour le choix d’une carte mère x)

Mes besoins sont les suivants:

  • Sata 3! pour profiter d’un crucial m4 128GO
  • Raid 0! je compte faire un raid 0 de 2 disques 320GO 7200 TPM (pleins de ports sata serait un +)
  • USB 3.0 Si possible… bien que je n’ai aucun périphérique encore…
  • Possibilité de faire un crossfire ou un sli (on ne sait jamais) (pleins de ports pci serait un +)
  • DDR3 bien entendu (j’ai pas choisi encore laquelle j’allais prendre…si vous avez des avis)
  • Et surtout, je compte acheter un processeur Ivy Bridge à sa sortie, donc il faut qu’elle soit compatible (il me semble que c’est le socket 1155)
  • Prix: Moins de 220 euros si possible :smiley:

Merci pour l’aide!

ASus Sabertooth P67.

Extrait de mon travail d’ecole dans lequel j’ai justement choisi une Sabertooth :

La carte-mère choisie pour construire cet ordinateur est l’Asus Sabertooth P67. Tout d’abord, j’ai choisi la marque Asus pour la qualité de leurs cartes-mères, l’excellent ensemble d’accessoires offerts avec les cartes de cette marque et les performances synthétiques qui sont toujours à la hauteur, peu importe le modèle de carte-mère comparé avec la compétition. De plus, les cartes-mères Asus utilisent dorénavant tous un BIOS graphique UEFI pour encore plus de facilité d’utilisation. Depuis l’avènement de la plateforme Intel 1155, Asus est de loin le meneur au niveau des cartes-mères, leur excellent système de phases d’alimentation assurant leur suprématie. J’ai personnellement toujours vendu du Asus, peu importe la plateforme (775, 1156, 1155, AM3/+) et la qualité de finition des cartes-mères était toujours impeccable, de même que la fiabilité des cartes qui est exemplaire depuis les dernières années pour le segment Intel. En effet, les dernières cartes à problèmes ayant été vendues chez la marque avaient toutes des chipsets nVIDIA, un type de puces qui n’a jamais été la spécialité de la firme au caméléon. Les cartes-mères Asus embarquent nombres de technologies qui figurent parmi les meilleures de l’industrie présentement et la portion logicielle des cartes est également très solide. Gigabyte et MSI assurent certes une solide compétition, mais ils n’ont pas encore réussit à déloger Asus de mes ventes. Gigabyte fait selon moi des cartes mères plus « bling bling » dont le rapport performance/prix est loin de celui de Asus dans le segment haut de gamme et j’aime moins la solution logiciel de cette marque. Je n’ai cependant jamais eu de cartes MSI entre les mains, mais sur papier et selon les multiples comptes rendus que j’ai lus, MSI fait d’excellentes cartes-mères et seraient selon-moi du même niveau qu’Asus. Ils assurent également un très bon segment bas/moyen de gamme qui offre un excellent rapport qualité/prix. Bref, le choix d’Asus pour cet ordinateur se base non seulement sur les caractéristiques sur papiers, mais aussi sur mon expérience personnelle. On ne change pas les bonnes habitudes!

La Sabertooth P67 ne fait pas exception à la règle au niveau de la qualité et de sa finition qui est exemplaire. Doté d’un board layout sans reproche, elle est saura satisfaire les composants les plus hors normes. Pourvu de fentes d’extension PCI-Express x1, x16 et PCI conventionnel, elle peut accueillir tout type de cartes, ce qui lui assure compatibilité futur et antérieure. Le premier port PCI-Express x1 pourra par exemple accueillir une carte son haut de gamme sans gêner une configuration multi-GPUs et ses ponts. Elle est pourvu du chipset P67 et accueil par conséquent les dernières normes de connectivité standard, alors que le USB3 est assuré par un contrôleur NEC et le IEEE1394 par un contrôleur de marque VIA. Elle est également pourvue de deux ports SATA de 3è génération pour accueillir les derniers Solid State Drive. La réseautique de cette carte est assurée quant à elle d’une puce Intel consumer class, offrant par conséquent un support sans reproche et la meilleure connectivité réseau sur le marché des cartes-mères grand public.

Ce qui fait la force de cette carte-mère, c’est évidemment la qualité des composants utilisés. Issue de la série TUF d’Asus, elle embarque des composants de types military-class, ce qui contribue à la stabilité électronique et à la durabilité de la carte à long terme. Les composants choisis peuvent supporter un ampérage et voltage 25% plus élevé que la moyenne, Elle fait partie des lignes les plus sophistiquées de la marque aux cotés de la Republic Of Gamer et de la série Workstation. Le design de la carte mère est unique en son genre avec une armure de protection permettant d’accroître l’efficacité du refroidissement et le mouvement d’air sur les composants avec un ventilateur à plat (comme un Noctua NH-C14 par exemple). L’amure protège non seulement contre les décharges électrostatiques qui peuvent survenir lors des manipulations, mais elle protège également les composants de la chaleur dégagée par les cartes d’extensions. Elle permet également d’abriter de multiples sondes thermiques qui, avec l’aide du BIOS, permettent de sous-volter ou de survolter de façon indépendante et dynamique les ventilateurs en fonction de la chaleur présente dans le boitier et près des composants critiques. Le processeur dispose quant à lui de 8 étages d’alimentations numériques de première qualité dont le spectre de modulation peut être régler manuellement par l’utilisateur via le BIOS pour plus de stabilité et de précision lors de sessions d’overclocking. Ces étages d’alimentation intègre le nouveau standard d’industrie chez Asus permettant de générer moins de chaleur et de bruit par un contrôle PWM des divers voltages et fréquences, tout en gardant optimal la fiabilité et la stabilité électronique des divers composants critiques présents sur la carte-mère. Ce système de régulation entièrement automatique et numérique est la principale force d’Asus sur la plateforme puisqu’il est reconnu par nombre d’experts comme étant le plus fiable et le plus efficace de l’industrie. Asus a également appliqué exclusivement à ce modèle ce système de contrôle dynamique à d’autres chipsets présents sur la carte, soit à la gestion PCI-Express, au chipset réseau et au contrôleur USB3.

De plus, pour assurer une meilleure dissipation de la chaleur des VRMs, les dissipateurs de chaleurs apposés sur ceux-ci sont faits de céramique, ce qui améliore les performances en refroidissement et permet d’atteindre une meilleure stabilité.

Tout cet équipement permet de faire de cette carte-mère une championne de l’overclocking. En effet, pratiquer l’overclocking sur cette carte-mère est une vraie partie de plaisir. Elle peut faire gagner très facilement 1 GHz à un 2600K, voir même plus si on tombe sur un bon die. Certains reviewers l’ont fait monter à des fréquences de 5 GHz pour un 2700K, un overclock de 1.5 GHz sur ce processeur. La qualité de cette carte-mère est donc bien réelle.

Certains pourront la discrédité comme quoi elle n’est pas certifiée PCI-Express 3.0. Toutefois, il n’y a présentement que deux cartes sur le marché présentant cette technologie, nVIDIA Kepler n’arrivant qu’en Avril avec ses cartes ayant des contrôleurs PCI-Express 3.0. De plus, si l’on se fie à l’évolution des contrôleurs PCI-Express 2.0, il aura fallu trois générations de cartes graphiques pour profiter réellement de la vitesse de ce contrôleur, de dernier ne privilégiant au début que les cartes bi-GPUs. De plus, les cartes AMD ayant étés testées sur les Sandy Bridge-E intégrants la gestion du PCI-Express 3.0 montrent un gain pratiquement nul sur les I/O transactions s’effectuant sur le bus entre les deux vitesses offertes par le PCI-Express x16. Il faudra donc attendre au moins une autre génération de cartes graphiques pour voir un possible gain en performances, ou l’arrivée du coprocesseur Intel Knight Corner et Knight Ferry qui saturerait déjà selon Intel la nouvelle norme PCI-Express.

Autre fait des plus intéressent, elle est vendue avec une garantie exemplaire de 5 ans, ce qui est exceptionnel dans le domaine.

Pour le montage de ma configuration personnelle, la Sabertooth P67 (190 $) fut dans mon top trois des cartes-mères, aux côté de la Gigabyte P67A-UD7 (300 $) et de la P8P67 WS Revolution (250 $) qui a finalement remporté le privilège d’entrer dans mon boitier. Pour un prix de 110$ de moins, la Sabertooth a l’avantage d’être beaucoup mieux équipé avec ses nombreux systèmes de protection et de régulation que la Gigabyte qui pourtant est le modèle le plus haut de gamme de la compagnie. De plus, elle a l’avantage d’être équipé en puces Intel pour la réseautique alors que Gigabyte a décidé d’équiper sa flagship motherboard de puces Realtek, ce qui est quant à moi un choix moins logique que celui d’Asus. La Sabertooth P67 peut donc rivaliser avec une carte mère de 300 $ à quelques niveaux.

Cependant, si la Sabertooth est équipé en puces de types military-class, elle n’incorpore pas les équipements server-class qui sont présents sur son homologue Workstation. Bien que son chipset réseau soit de marque Intel, celui est, comme mentionné plus haut, de type consumer class, et non pas server-class comme celui de la WS Revolution, et perd donc la possibilité d’exploiter un serveur de virtualisation VMWare ESXi 5.0 en mode host et est également moins performant en général lors d’utilisation poussée. La Sabertooth n’a également qu’un seul chipset Intel au lieu de deux et perd donc la possibilité de faire du LAN Teaming, très pratique lorsque de multiples ordinateurs doivent avoir accès à la machine par le réseau, réduisant inévitablement la data bottleneck. De plus, la Sabertooth, bien qu’excellente pour une utilisation de type computing powerhouse, n’a pas de chipset nVIDIA nForce 200 permettant de rajouter des lignes PCI-Express 2.0 pour la communication entre les cartes graphiques. Elle tombe alors en mode x8-x8 lorsque le AMD CrossFire ou le nVIDIA SLI est activé, au contraire de la WS Revolution qui incorpore ce chipset qui peut faire gagner jusqu’à 10% en performances graphiques supplémentaires dans le cas d’une configuration multi-GPUs tout en accroissant la facilité de l’intégration de contrôleurs tierces. Le BIOS encore plus riche de la WS Revolution et son incroyable stabilité électronique dû à ses composants server-class étant testés et fabriqués pour fonctionner 24/7 dans les pires conditions m’ont fait pencher en sa faveur, bien qu’elle soit plus chère que la Sabertooth. Cette dernière, que j’ai vendue à quelques reprises, reste donc mon deuxième choix pour monter une configuration haut de gamme pour des clients demandant, d’où mon choix pour cette configuration fictive avec un budget relativement limité.

EDIT : Bon j’sais pas pourquoi, mais les (’) n’apparraissent pas … lol.

EDIT 2 : La config etait :

Carte-mère Asus Sabertooth P67
Processeur Intel Core i5 2600K
Mémoire vive Kingston HyperX Genesis KHX1600C9D3K2/8GX
Disque dur Seagate 7200.12 500 GB
Lecteur optique Asus DRW-24B1ST DVD Writer
Carte graphique eVGA 560 Ti Classified 448 Cores Edition
Bloc d’alimentation Corsair Enthusiast Series TX850M
Boitier Fractal Design Define R3
Edité le 13/02/2012 à 20:48

Merci pour cette réponse! je m’attendais pas à ce genre de réponse

Euuh de ce que je comprends à la fin, je ne pourrais pas mettre le mode host sur virtualbox par exemple? aie :x
J’en ai besoin pour des machines virtuelles!

Est elle compatible avec un ventirad noctua? (question con j’imagine…)
C’est bien sur que ce soit compatible IvyBridge? :stuck_out_tongue:

SAbertooth je ne peux pas confirmer, mais c’est clair que oui. La P8p67 WS Rev l’est.

Toutefois, iVY Bridge ne sort 'quen fin Avril et apportera aussi son nouveau chipset, la serie 7. Donc a ce moment la, les serie 6 seront “desuettes” et faudra acheter une board a chipset serie 7 :neutre: Donc ce post devient strictement inutile.

Et pour ce que Ivy Bridge apportera de plus au niveau Core performance … ca vaut pas ben ben la peine de se priver pour attendre … Ivy Bridge met SURTOUT l’accent sur la partie graphique du die.

J’ai pas parler de VirtualBox. J’ai parler de VMWare ESXI :riva: :riva: :riva: :riva:

Cette carte mere peut tres bien faire rouler des VM, que ce soit sur n’importe quel virtualizer …

Comme dit dans mon texte, un Noctua NH-C14 va parfaitement a cette carte mere.
Edité le 13/02/2012 à 21:00

Je pense que la grande majorité des carte mère socket 1155 actuel seront compatible Ivy bridge, cela nécessitera probablement un flashage du Bios! (surement des exception tout de même donc a confirmer)

Un ventirad Noctua sera compatible socket 1155 si celui ci est équipé du kit fixation 1155 ( ce kit est disponible gratuitement par Noctua sous condition des preuves d’achat ICI )
Edité le 13/02/2012 à 20:58

Désolé j’ai lu en speed j’avais compris vmware dans l’ensemble, j’aurais du prendre le temps de relire. Effectivement Vmware ESXI ne me servira pas trop chez moi^^

Donc en gros, vaut mieux que j’attende la sortie officiele d’ivybridge pour la carte mère, non?

Oui, car tu acheteras vraisemblablement pas ta config avant 3 mois :neutre:

Juste que je suis impatient :confused:

Eh ben prends toi un 2600K :neutre:

Qu’est-ce que tu veux qu’on te disent ? :neutre:

Je suis moi aussi impatient de virer ma maudite HD4850 de marde pour me prendre une nVIDIA Kepler qui sort en theorie le 12 Avril. Mais j’ai comme genre style pas trop le choix d’attendre si je la veux :neutre: :MDR

C’est pas en ouvrant un thread pour choisir une carte mere qu’il sortira plus vite ton Ivy Bridge :MDR :wink:
Edité le 13/02/2012 à 21:05

En fait je pensais que juste le socket suffisait pour pour une compatibilité processeur/carte mère.

Non. Le BIOS doit obligatoirement l’etre aussi :wink:

Tu m’apprends quelchose^^

Je regarde les test du 2600K en ce moment, je pense que ça pourrait être largement suffisant pour mes besoins.
Je ne sais pas si j’ai à y gagner à attendre un éventuel ivy bridge.

Dois je être patient…ou pas

Ptin qu’elle est cruelle la vie! :stuck_out_tongue:
Edité le 13/02/2012 à 21:36

[quote=Ghost26]Et pour ce que Ivy Bridge apportera de plus au niveau Core performance … ca vaut pas ben ben la peine de se priver pour attendre … Ivy Bridge met SURTOUT l’accent sur la partie graphique du die.
[/quote]

Ptin je l’avais pas vu cette phrase, j’arrête de poster sur un forum avec mon smartphone désormais ‘-’
Merci pour ce renseignement, je pensais qu’il y aurait eu un up suite à la finesse de gravure.

Ben la finesse de gravure devrais deja être un gros plus en soit ! cela est bien souvent synonyme d’un meilleur potentiel d’overclocking, moins de chauffe, et une consommation moindre. Mais c’est vrais que de base d’un point de vue perf il devrais y avoir peut de différence.