Forum Clubic

Les Français et la souveraineté du Québec - vous en pensez quoi? (page 2)

De Gaulle [:sabathan666]

Pour ceux que ça intéresse, un bon fil à écouter pour comprendre le climat de la crise d’octobre au Québec et l’histoire du FLQ. Le film s’Appelle Octobre de pierre falardeau. Ca m’étonnerait que vous trouviez ce film dans votre club vidéo, mais je vous sais débrouillard ! Je ne dirais pas ça en temps normal (surtout que la communauté artistique au Québec est pauvre), mais comme le film ne sera jamais publié en France

Finalement, il as bien voulue dire ce qu’il as dit!

– Ah, messieurs, ce fut un voyage magnifique, magnifique !!!
Au retour de Montréal, à Orly, le 27 juillet 1967.
Général Charles De Gaulle

"– Il n’est pas question que j’adresse un message au Canada pour célébrer son “centenaire”. Nous pouvons avoir de bonnes relations avec le Canada. Nous devons en avoir d’excellentes avec le Canada français. Mais nous n’avons pas à féliciter ni les canadiens ni nous-mêmes de la création d’un “état” fondé sur notre défaite d’autrefois et surtout l’intégration d’une partie du peuple français dans un ensemble britannique. Au demeurant, cet ensemble est devenu bien précaire.

"– Lors de mes précédents passages, en 1944 et en 1945, l’appareil de guerre couvrant tout, [je n’avais] pu qu’entrevoir les réalités profondes qui font de la fédération canadienne un État perpétuellement mal à son aise, ambigu et artificiel.
Mon ami, le général Vanier, nous reçoit en sa qualité de gouverneur-général. Sa personne est, au plus haut degré, respectable et respectée. Il exerce sa fonction avec la plus grande dignité et le plus complet loyalisme. Il déploie des trésors de bonne grâce pour que tout nous semble normal et bien en place. Mais, quoi qu’il puisse faire, les contradictions inhérentes à la fédération ne manquent pas d’apparaître.

Lui-même, d’ailleurs, n’y échappe pas. Il fait fonction de Chef de l’État, alors qu’il est nommé par la Reine d’Angleterre et que, pourtant, le territoire se veut exempt de toute dépendance. Il est, ainsi que sa femme, entièrement français de souche, d’esprit, de goût, bien que sa race ne se soit maintenue qu’en luttant sans relâche contre toutes les formes d’oppression ou de séduction déployées par les conquérants pour la réduire et la dissoudre.

Charles de Gaulle, relatant sa visite au Canada en avril 1960, in Mémoires d’espoir, p.251

Puis, un peu plus loin:

[…] – Montréal fait la même impression que Québec, accentuée toutefois par le caractère massif et populeux de l’agglomération, par l’angoisse diffuse que répand l’emprise grandissante des anglo-saxons possesseurs et directeurs des usines, des banques, des magasins, des bureaux, par la subordination économique, sociale, linguistique, qui en résulte pour les français, par l’action de l’administration fédérale qui anglicise d’office tous les immigrants.

Puis le Général, flanqué du premier ministre du Québec, Daniel Johnson, tous deux debout dans la limousine décapotable, parvient au terme de sa chevauchée fantastique. Il vient de s’acquitter de la dette de Louis XV.

La cabine de l’ascenseur parvenue au premier étage de l’Hôtel de Ville de Montréal, (accompagné du Maire Jean Drapeau) on sort. Un moment d’hésitation du Général.

D’un côté, un murmure respectueux, (les invités du Maire de Montréal) de l’autre, une porte de balcon d’où on ne voit que des installations portuaires mais d’où parvient une clameur populaire.

– « Quand j’ai dû m’exprimer, j’ai vu devant moi une balance avec ses deux plateaux: dans un des plateaux, les diplomates… (un geste pour montrer leur caractère volatil), les journalistes… (même geste de nettoyage), les Anglo-Saxons qui, de toute façon, ne m’aiment pas… bref, tous les notoires. Entre cette agitation insignifiante et le destin de tout un peuple, Il n’y avait pas à hésiter: le second plateau était beaucoup plus gros que le premier. »

(Le mari de Tante Yvonne n’a pas hésité une seconde. Malgré le maire qui l’aiguillait à droite, il tourne à gauche.)

– Mon Général, ce n’est pas à ce balcon que vous devez prendre la parole’

– Mais il faut bien que je leur dise quelque chose, à tous ces gens qui m’appellent…

– Mon Général, Il n’y a pas de micro!
– Et ça, alors, qu’est-ce que c’est?

C’est le vieux guerrier qui a parlé, toisant tout le monde du haut de ses 77 ans sonnants et trébuchants. Malgré sa cataracte, malgré l’absence de ses lunettes, malgré la détérioration patente de ce qu’il appelle « la carcasse », le Général a vu, tout lové sur lui-même dans un recoin sombre du balcon, un micro qui traînait là.

– Ça, concède le Maire, dans un couac étouffé, c’est un micro…
Soudain, après une pause, il s’enhardit:

– Il n’est pas branché!
– Ce n’est rien, Monsieur le Maire, je peux aussi bien le rebrancher.

Cassé, le miracle attendu du Maire et des Notoires… Cassé le rêve des hégémonistes anglo-saxons qui attendent là, tous empreints d’une admiration blasée hypocritement feinte, tout en redoutant un de ces coups de tête propres au Général, qui ne se gêne pas pour secouer les cages de par le monde… Cassé par un petit homme bien ordinaire, un technicien anonyme qui se trouvait là, parmi les Grands et les moins grands, les Illustres, les notoires et les éphémères, par hasard…

– C’est une immense émotion qui remplit mon coeur en voyant devant moi la ville de Montréal (pause) française.
Je vais vous confier un secret que vous ne répéterez pas… (pause)

…Ce soir, ici et tout le long de ma route, je me trouvais dans une atmosphère du même genre que celle de la Libération. (pause)

Et tout au long de ma route, outre cela, j’ai constaté quel immense effort de progrès, de développement et par conséquent, d’affranchissement que vous accomplissez ici. Et c’est à Montréal qu’il faut que je le dise, parce que s’il y a au monde une ville exemplaire par ses réussites modernes, c’est la vôtre.

Je dis que c’est la vôtre et je me permets d’ajouter c’est la nôtre.

Si vous saviez quelle confiance la France réveillée par d’immenses épreuves porte vers vous’ (pause) (vivats)

Si vous saviez quelle affection elle recommence à ressentir pour les Français du Canada et si vous saviez à quel point elle se sent obligée à concourir à votre marche en avant, à votre progrès’ (pause)

C’est pourquoi elle a conclu avec le gouvernement du Québec, avec celui de mon ami Johnson, des accords pour que les Français de part et d’autre de l’Atlantique travaillent ensemble à une même oeuvre française.

Et d’ailleurs le concours que la France va, tous les jours un peu plus, prêter ici, elle sait bien que vous le lui rendrez, parce que vous êtes en train de vous constituer des élites, des usines, des entreprises, des laboratoires qui feront l’étonnement de tous, et qui, un jour – j’en suis sûr – vous permettrons d’aider la France…

Voilà ce que je suis venu vous dire ce soir, en ajoutant que j’emporte de cette réunion inouïe de Montréal un souvenir inoubliable. La France entière, sait, voit, entend ce qui s’est passé ici. Et je puis vous dire qu’elle en vaudra mieux.

VIVE MONTRÉAL

VIVE LE QUÉBEC… (pause) (vivats) LIBRE (vivats)

Vive le Canada français et vive la France

Ce que dit encore le Général Charles De Gaulle à son arrivée en sol Québécois :

– On va m’entendre là-bas, ça va faire des vagues. Je compte frapper un grand coup. Ça bardera. Mais il le faut. C’est la dernière occasion de réparer la lâcheté de la France.

C’est surtout qu’elle enchaîne les gaffes aux boulettes… Là, ça en fait une de plus, et demain on n’en parlera plus parce qu’elle en aura fait une autre…

lol ok on en as ici aussi des comme ca :lol:

Bonjour,
Je suis francais mais j habite au Quebec depuis 2ans environ…j’entends evidemment enormement parler de ce conflit entre le Quebec et le reste du Canada. J’ai beaucoup d’amis qui sont pour cette séparation et enormement d’autres qui sont contre. Je ne sais pas comment reagir a ceci si je dois etre pour ou contre…

En ce qui concerne Segolene Royal, je pense que l’on soit pour ou contre une personne politique comme elle qui est favorite a l’election presidentielle, ne doit pas donner son avis de la sorte…surtout qu’elle n’avait pas l’air plus qu’il faut au courant de ce qui se passe ici…

je me souviens d’être né sous le lys
d’avoir grandis sous la rose …

Le quebec est une force économique du canada et cela fera toujours penché la balance vers une union plutot qu’une désunion.
D’abord, nos amis du quebec déteste l’appellation que degaulle et ségolène ont mis en avant : " nos cousin du quebec"
il faut quand même savoir que la france n’a rien fait pour le québec, ni pour le défendre ni pour le développer. Ils se sont fait eux même.
Par rapport à mon coeur, je suis pour que le quebec soit indépendant.
Par rapport à mon pragmatisme, je suis pour le qubec reste dans le canada et développe cette puissance qui peut un jour tenir tête aux usa.
Il faut se souvenir que en 1905, les usa ont attaqué le canada, et que cela a été une lourde défaite des usa (ils détestent qu’on leur rappel).
Le canada s’est construit avec le québec et donc à part si une forte volonté du canada anglophone d’erradiqué le francais et le québec, le canada doit rester uni.

Nous nous souvenons tous du “vive le quebec libre” mais il faut savoir que de gaulle a fait des boulettes et que au moment du discours, la foule était contre lui. Il a su faire avec et comme c’était un grand manipulateur, il a retourné la foule pour lui.
Maintenant, le quebec a des défauts, au niveau social et médicale. Posons nous la question est un bien pour le quebec d’être libre?
Ce que je sais ayant faits les démarches pour y aller, c’est que la canada a besoin du quebec comme le quebec a besoin du canada. Les USA attendent une dissention forte pour assoir leur souveraineté et donc, du bien de l’indépendance, pourra venir le mal de la séparation.
Faisant parti de l’UFE (union des francais de l’étranger), nous avons des rapport qui font que vaut mieux un canada uni qu’un canada désuni.

Maintenant, comme dit plus haut, je suis de tout coeur avec le quebec est son indépendance mais il faut toujours posé le pour et le contre.

Pour finir sur ségolène, elle essaye d’avoir une hauteur mondiale, malheureusement même chirac est meilleure qu’elle. Elle se trompre sur tout et n’a rien à faire des coutumes locale (comme porté du blanc en chine, couleur de la Mort). Ségolène n’est pas degaulle ni chirac, et c’est malheureusement celle qui a le plus de chance de représenter la france. Et là nous serons tombé bien bas.

À dire vrai… la France nous à déjà ignoré dans le passé en laissant l’Angleterre nous envahir… le Canada complet serait français aujourd’hui si la France auait pas laissé tombé la colonie de la nouvelle-france… Le Québec est seul depuis se jour et le restera…
A nous seul de voir à notre avenir… les anglais nous hais et la france nous vois encore comme une gang de sauvage prémitif… Autrefois l’Angleterre voulais le québec pour le fleuve St-Laurent… Aujourd’hui ça tu vraiment changé?? On siège à l’oposition pour chialer mais on nous écoutes tu vraiment? On va au Canada faut s’forcer l’cul pour parler anglais… les anglais eu se force-t-il pour nous parler en français quand il nous visite ou s’en calisss… ON EST UN PEUPLE SOUMIT… Et la france s’en contre fiche nous seul peut changer ça en étant DOMINANT de notre situation… Pensons à l’avenir et oublions le passé… Faut devenir un pays indépendant pour etre sur la meme longueur d’onde que le reste du canada et qu’il nous prenne enfin au sérieux les anglais… les États-Unis se sont séparé de l’angleterre pis se sont des anglais… On doit encore alégence à la Reine D’Angleterre pis on parle meme pas sa criss de langue… C’est ridicule…

1: le Canada n’est pas si unis que tous le monde pense. L’Alberta, la Saskatchewan puis une autre province dont je me rappel jamais on déjà dit que si le Québec se sépare, eux aussi allait se séparer :neutre:

2: Le gouvernement français a toujours soutenu (depuis que je Canada existe) sauf à une exception près, Sarko qui a préférer de ne pas soutenir le Québec dans son but de se séparer du Canada. Bref, depuis ce temps, tous les québécois ne l’aime vraiment pas (sauf les mémé et pépé qui ont la pétoche pour leur pension de vieillesse)

3: Pourquoi se séparer?:
Premièrement: la différence de la langue.
Deuxièmement: au Québec, c’est une culture unique, qui est différent du reste du Canada
Troisièmement: On est la province la plus surtaxé du pays. Bizarrement, en Ontario, y sont plus que nous mais moins taxé :grrr:
Quatrièmement: le gouvernement (libéral, conservateur) se “moque” des québécois
Cinquièmement: Le Québec n’aime pas le reste du pays, le reste du pays n’aime pas le Québec, sauf quand il est question d’argent. Bref, ont est une vache à lait pour le gouvernement

C’est déjà bien de t’être souvenu de celle ci :ane:

normal ils parlent anglais :o, les autres Français, dès que tu parles français c’est considéré comme langue de luxe, donc tu es taxé :neutre:

C’est difficile de ne pas faire autrement :icon_biggrin:

Il a même réussi à être détesté par les Québécois notre président :paf:

[spoiler]Finira par nous mettre ne guerre contre les Manchots Empereur :ane:[/spoiler]

réconciliation impossible, divorce obligé :neutre:, mais avez vous pensé aux enfants [:shy]

[:skyos]

on se partagera les indiens 1 semaine sur 2 :whistle:

et les caribous :neutre:, les marmottes :cry: les castors [:shy]

les caribou c’est assez rare au Québec à moins d’aller dans le nord :neutre:, les marmottes et les castors peuvent rester en Ontario

et le sirop d’érable d’appellation d’origine contrôlée :icon_biggrin: qui c’est qui le garde?

J’ai toujours pensé qu’une entité culturelle évoluant en milieu minoritaire finirait, et ce, quel que soit son degré de résistance, finira par disparaître un jour ou l’autre par le biais de l’assimilation.
C’est d’autant plus vrai dans le contexte nord Américain, et plus vrai encore lorsque l’on considère le poids de l’anglais au niveau planétaire.
J’ai honte de la France de Louis XV qui n’a pas daigné se saigner pour arracher sa belle colonie aux agresseurs britanniques, j’ai honte de cette politique qui a permis au noyau anglo-saxon à l’extrême est des USA de submerger l’immense empire français en amérique, et laisser ainsi le champ libre aux treize colonies indépendantes qui se sont empressé d’étendre vers l’ouest la domination anglo-saxonne, alors que l’Amérique du nord était pratiquement aux mains des français.
Je suis français de naissance et québécois de cœur, et ce serait une belle revanche contre l’adversité que vous ayez la volonté de créer votre nation. Ce serait une bonne leçon de persévérance que vous donneriez à la France qui a eu la lâcheté de ne rien faire pour vous secourir, et le monde verrait avec étonnement émerger une nation de 7 millions de francophones qui aurait le mérite d’exister face à 300 millions d’anglophones, et de faire entendre enfin sa voix dans toutes les institutions internationales.
Amis Québécois, levez-vous et exigez de devenir une nation, avec ou sans référendum.

http://www.freeman59.fr/wp-content/uploads/2009/05/pelleteuse2.jpg

Le poste d’angus est limite une incitation à la révolution… ne serait-ce pas hors charte ?

Y’a une révolution 1 jour sur 2 sur le topoc du roi, et ça pose pas de problèmes…
Edité le 20/07/2009 à 16:36

En tout cas, pour lutter contre les anglophones, le quebec importe des français bien de chez nous. :ane:

chaque année les visa d’implantation de français au quebec sont en augmentation. Il arrivera bien un moment ou la question deviendra prioritaire.

En tout cas, le quebec, ben c’est très joli et les quebecois sont très sympas. :smiley:

:oui: